Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 18:31

Shelah Leha (1985)

 

Parasha - Shelah (1985) 2ème partie - 44 :22

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/parasha/chelah_lehha_serie_1985/cours_1

Face B

 

.../...

Verset « Tes ennemis arriveront contre toi par un chemin et repartiront par 7 chemins ».

Et effectivement, ils sont partis dans 7 pays arabes différents... il y a là une coïncidence

 

Avant la lecture du Zohar : Piroush ha soulam sur Parashat Vaéra.

J’en viens au Midrash Rabba du début de Bereshit :

Rabbi Yoshuah au nom de Rabbi Lévi pata’h…

Chaque fois qu’un Midrash emploie l’expression Pata’h cela signifie que l’on va donner une préface à un enseignement. Peti’hah préface.

 

Dans le Midrash, il y a 2 méthodes soit Pata’h il a ouvert le verset pour voir ce qu’il y a dedans. Soit Pata’h il a expliqué le verset pour dire plus que ce que le verset dit :

 

Il explique donc un verset des Psaumes :

« La force de  Ses actes il l’explique à Son peuple, pour leur donner l’héritage des Nations. »

( C’est un des midrashim sur lesquels Rashi s’est basé pour sa première explication de la Torah)

 

Midrash : Pour quelle raison Dieu a-t’il révélé à Israël ce qui a été créé les premiers jours et ce qui a été le 2ème jour  ?

 

Cela veut dire tout ce récit historique qui va depuis la création jusqu’à la sortie d’Egypte et après seulement viennent les Mitsvot. Rashi a posé sa question à sa manière.

 

La réponse est : « à cause des idolâtres. »

Pourquoi à cause des idolâtres ?

Pour qu’ils ne contestent pas Israël en leur disant :

 « n’est-ce pas que vous êtes une nation de voleurs, pillards ? »

Alors Israël leur répondront en leur disant :

« et vous, n’est-ce pas que c’est une rapine que vous avez entre les mains ? N’est-il pas écrit dans Devarim chapitre 20 verset 23 « Les Crêtois (Caftorim) sortis de Crête (civilisation de l’antiquité très forte) ont détruit le peuple habitant ce pays (la terre des Hébreux) et se sont installés à leur place ».

 

L’argument contre ceux qui traiteront Israël de pillards et voleurs de terre sera celui-ci.

 

« Mais le monde et tout ce qu’il renferme appartient à HQBH, qui l’a créé lorsqu’Il l’a voulu Il vous l’a donné et lorsqu’Il l’a voulu Il l’a pris de vous. Et c’est ce qui est écrit : « pour pourvoir fonder en légitimité la terre que les Goyim  réclament comme leur héritage (na’halat Goyim) pour pouvoir leur donner»

 

C’est un des verset qui nous renvoie au théme général de cette étude : pourquoi les Goyim réclament-ils cette terre ?

 

 « C’est pourquoi Il a raconté à Son peuple la force de Ses actes. »

 

La raison pour laquelle la Torah est précédée par le récit de l’histoire depuis la création jusqu’à la sortie d’Egypte, c’est pour pouvoir légitimiser l’entrée des Hébreux sortant d’Egypte en Erets Israël. Parce que la Torah dit elle-même, le Midrash 2000 ans, le Torah 4000 ans, dit qu’au moment où Israël voudra entrer sur sa terrre au moment où Israël sortant d’exil voudra rentrer dans Erets Israël, il y aura une contestation générale : « Peuple de pillards »...etc

 

Rashi se base sur Midrash pour dire que c’est la raison pour laquelle la Torah ne commence pas par la 1ère des Mitsvot donnée à la sortie d’Egypte. Pour cela, il était nécessaire de raconter toute l’histoire depuis le commencement du monde.

 

Il était donc nécessaire d’éclairer qui sont Moïse Aharon et ce qu’ils font en Egypte...etc c’est-à-dire à postériori raconter toute l’histoire depuis le commencement de l’histoire du monde....

Donc cette préface était nécessaire.

 

Autres commentateurs :

Il était nécessaire pour que les Goyim qui croient en l’autorité de la Torah sachent comment Dieu donne une terre à qui Il la donne. C’est écrit dans la Torah que cette terre concerne les descendants des Patriarches. Et tous le monde le sait.

La contestation des Goyim portent non sur le fait qu’Israël ait pris cette terre mais sur le fait qu’il l’ait prise par la force. Alors qu’il aurait dû la prendre comme un héritage, Na’halat Goyim, c’est l’expression du Midrash « Nahalat Goyim » ie. la terre que les Goyim considérent comme un héritage.

 

Cette espéce d’invraisemblance du monde entier refusant la terre à Israël alors que tous savent que c‘est la terre d’Israël, et quelque que soit les explications secondes et partielles qui sont données, le fond du problème reste.

 

L’argument est : « Si la terre est promise par Dieu à Israël. Israël devrait attendre que Dieu la lui donne, mais vous l’avez prise par la force ! »

 

L’expression de Rashi est : « Vous êtes des brigands car vous l’avez conquise par la force ».

 

Le raisonnement évacue l’invraisemblance première : Pourquoi avoir besoin de passer par le récit de la création du monde alors qu’il suffisait de citer les multiples versets de cette même Torah où il est fait mention du don de la terre par Dieu aux descendants de Jacob, fils de Isaac, fils de Abraham ?

 

Il semble que dans la réponse Irsraël ne cite pas le verset qu’il faut !?

Si déjà, il s’agit des Goyim sensibles aux arguments de la Bible, alors cite des versets qui sont des arguments valables mais ne cite pas un enseignement théologique : toute la terre appartient à Dieu et Il l’a donne à qui Il veut....

 

C’est qu’en réalité la contestation des Goyim n’est pas tellement que la terre ait été promise à Israël mais porte sur la manière dont Israël doit la recevoir. 

 

« Si Dieu vous l’a promise et bien attendez qu’Il vous la donne sur un plateau d’argent ! » le plateau du Golan… 

 

C’est exactement la conception théologique des Goyims. Ce que Dieu promet, Il le donne par grâce pour les Goyim alors que dans la Torah, Dieu donne à qui le mérite. L’argumentation des Goyim on l’entend aujourd’hui.

 

Il y a un verset que je vais vous viter de mémoire :

Dans ce récit de la création il y a un verset dans lequel Dieu promet la terre à Adam harishon :

« Vaybarekh otam Elohim, vayomer lahem perou ourbou ... emplissez la terre et conquérez-là. »

Voilà ce qui est dit au 1er homme.

 

Rashi a utilisé intentionnellement dans l’argumentation des Goyim, le même terme qu’emploie la Torah pour dire comment Dieu donne la terre à qui Il la donne.

 

Rashi avait dit : lishtim atem vous êtes des brigands car vous avez conquis par la force la terre des 7 peuples.

 

La question de Rashi est : pourquoi citer le verset de la création du monde, alors qu’il y a tant de verset de la promesse concernant la terre ?

Si déjà ces Goyim sont sensibles à l’argument tiré de la bible, il faut leur donner un verset plus adéquat et sans équivoque ni ambiguité.

Mais il faut citer tout ce que Dieu a créé pour compendre que toute la terre Lui appartient et Qu’Il la donne à celui qui le mérite.

 

Nous trouvons le verset où Dieu donne la terre à l’homme en général et dans ce verset est employé le même mot que celui de la contestation des Goyim. « Emplissez la terre et comquerez-là ! »

Prend-là de force ! Voilà comment Dieu donne la terre à l’homme à qui il la donne. La terre est à toi, conquiers-là !

 

Les Goyim font cette erreur théologique qui ne comprend pas comment Dieu donne la terre à qui il la promet.  C’est l’homme qui a pris ce que Dieu devait lui donner.

 

Les sionistes laïques de la conférence de la semaine dernière disaient : on ne peut plus attendre que Dieu donne il faut prendre : le Rav Kook a dit Kasher ! C’est cela qu’il faut faire !

 

Aprés la guerre des 6 jours, un journaliste scandinave a demandé à Moshe Dayan : vous croyez pas que Dieu vous a un peu aidé ?  Réponse de Mosheh Dayan : vous n’avez rien compris c’est nous qui l’avons un peu aidé !

 

 

Je vous rappelle cette anecdote du Rav Aviner qui disait ceci: il y a dans le Qriat Shéma « et il arrivera si tu accomplis Mes commandements que Je donnerai ta récolte en son temps... »

-Un juif pieux est allé dans son champ, s’est assis sur un tabouret et s’est mis à attendre…

- Passa un autre juif pieux qui lui a demandé : que fais-tu ?

- J’attends la récolte ! C’est écrit : « Si vous pratiquez Mes commandements Je donnerais vos récoltes en son temps... » J’ai pratiqué les commandements j’attends la récolte !

- Et si tu prenais un pelle, un pioche, des semailles etc... ?

- Non, c’est Dieu qui doit me la donner la récolte !

 

Vous voyez qu’il s’agit de croyant et croyant : comment Dieu donne les choses qu’Il donne ?

 

Autre anecdote :

Un juif pieux vient chaque jour au Kottel pour déposer son petit papier avec sa demande : Mon Dieu fait moi gagner au lotto ! Les jours passent. Un ange vient plaider sa cause auprès de Dieu qui lui répond : « Et s’il commençait par prendre un billet de loterie ! »

 

Vous comprenez : Dieu a dit à Israël : cette terre elle est à toi Je te la donne. Et Israël attend et attend disant « donne la moi ! »… « Et si tu la prenais ! »

 

Q : Avraham a pris l’initiative de revenir avant la révélation ?

R : en réalité c’est Tera’h qui a pris l’initiative d’après le verset dans la fin du chapitre 11 et Dieu se révèle à Abraham pour lui dire que c’est bien cela qu’il fallait faire.

 

C’est la même idée avec toute cette controverse : « est-ce Dieu qui fait ? » ou « est-ce Dieu qui ne fait pas ? » et la controverse de deux ignorants de la théologie ce qui n’y croient pas et ceux qui y croient : comment Dieu fait ce qu’Il fait ? Par exemple : quand Dieu dit : « Je vous donnerais la pluie en son temps » : lorsque la pluie tombe c’est Dieu qui la donne !

De la même manière, cela veut dire : « Je vous donnerais la terre en son temps… ». Lorsque la terre peut être prise c’est que c’est Dieu qui la donne ! Parce que pendant 2000 ans on ne pouvait pas, et puis voilà que subitement on peut !

 

Je précise maintenant ce que j’entends par une argumentation passionnelle et ce que les logiciens appellent la logique affective, la logique des avocats.

 

La logique des savants c’est de raisonner pour arriver à une conclusion que l’on en connaissait pas. Il y a les premisses des raisonnements et la conclusion qui fait apparaitre la vérité. La logique affective c’est que l’on connait à l’avance ce que l’on veut démontrer. Par conséquent, on ne peut pas raisonner avec des avocats. (C’est un métier honorable mais il faut se méfier de la logique affective).

 

 

Rav Harlap :

Il y a ceux qui croient aux miracles mais qui ne voit pas l’arrivée du miracle.

Il y a ceux pour qui le miracle est arrivé mais qui ne voient pas que c’est un miracle.

 

Talmud :

« Celui à qui arrive un miracle est incapable de voir que le miracle est arrivé ».

 

Heureusement qu’il y a des Goyim pour nous expliquer que c’est un miracle.

 

Dans le verset de Bereshit « remplissez la terre et conquérez-là » l’ordre est anormal : il aurait dû évoquer la conquête de la terre avant son remplissage. L’ordre est anormal.

 

C’est aussi comme cela que à la sortie d’Egyte cela s’est passé avec Josué. Les Hébreux se sont débrouillés pour entrer dans le pays et aprés sont survenues les guerres.

 

De notre temps c’est la même chose. Toutes les guerres d’Israël sont partie du centre vers la périphérie. Alors que les guerres de conquêtes cela va de la périphérie au centre.

 

Un éclairage est donné par le Midrash dès le début du commentaire de la Torah, c’est ce qui en fait le caractére très impressionnant : pour dire  pourquoi la Torah a-t’elle une préface historique au lieu de commencer par les Mitsvot  ?

 

Réponse du Midrash : Parce que lorsque les enfants d’Israël sortiront d’exil, on leur contestera la terre. Et donc il fallait raconter l’histoire...

 

Na’hmanide sur ce commentaire de Rashi sur ce Midrash :

Ramban reprend le verset :

« La force de Ses actes il l’explique léamo à son peuple, pour leur donner l’héritage des Nations. »

Il faut comprendre ce « léâmo » : Ne croyez pas que c’est écrit pour convaincre les Goyim, car même écrit dans la bible, ils ne seront pas convaincus. C’est qu’il faut convaincre les Juifs eux-mêmes !

 

ð   Nous sommes devant un problème où ni le recours au texte, ni l’érudition scripturaire, ni le raisonnement, ni l’idéologie théologique ou non, ne sont capables à donner une réponse à ce problème.

 

Il y a une option d’attitude à l’avance, cela nous renvoie à notre problème de logique affective.

 

Si c’était la génération de la sortie d’Egypte qui était entrée en Israël il n’y aurait pas eu besoin d’explorateurs. Le seul fait d’avoir besoin d’explorateurs, c’est déjà toute la catastrophe.

 

Rashi sur le 1er verset de la Parashah :

Sur le mot de Anashim :

כֻּלָּם אֲנָשִׁים

כָּל אֲנָשִׁים שֶׁבַּמִּקְרָא לְשׁוֹן חֲשִׁיבוּת, וְאוֹתָהּ שָׁעָה כְּשֵׁרִים הָיוּ

Tous des hommes (anachim) : Toutes les fois que le texte emploie le mot anachim (« hommes »), c’est pour souligner la considération dont ils sont l’objet. Et à ce moment-là, ils étaient irréprochables.

Chacun d’entre eux étaient homme de distinction.

 

Chaque fois que [le mot] אִנָשִׁים   [est utilisé] dans l’Ecriture, cela dénote l’importance. A cette époque, ils étaient kashers-vertueux. — [Mid. Tan’houma 4]

 

La question à laquelle répond Rashi :

Comment le texte les appellent-ils Anashim alors que l’on sait qu’ils vont être traitres à la promesse divine ?

Rashi explique : Anashim= gens important, des princes ; et à ce moment-là ils avaient tous du mérite, ils étaient tous kashers. Arrivés dans le pays ils sont devenus Reshayim.

Ils ont vu ce pays et ont vu : « c’est un pays qui mange ses habitants. » Normalement ce sont les habitant qui mangent le pays ! Nous avons vu les gens qui habitent dans ce pays, ce sont des géants...

Il y a la reconnaissance : le pays où coule le lait et le miel.

Beaucoup de touristes sont impressionnés de la beauté des fruits.

 

Mais, mais...

 

Il y a 2 manières de dire la vérité : une manière qui mène à la vie et une manière qui mène à la mort.

 

Il y a là un espéce de tri qui s’effectue. C’est un grand privilége pour ceux qui arrivent après les pionniers en Erets Israël. Mais se reposent le même problème : c’est vrai ce que la Torah dit de la terre, mais les deux à la fois... C’est une question d’attitude et de disposition. A la racine même ils avaient un problème.

 

Résumé :

Sont sortie d’Egypte les enfants d’Israël concernés par ce pays car la promesse a été faite à leur ancêtres. Sont sortis aussi le Erev Rav concernés par la Torah mais pas par la terre d’Israël car ils n’étaient pas les enfants d’Israël. « Erev Rav » cela veut dire dans ce contexte : ceux qui ont accepté la Torah mais pas Erets Israël ! Je ne sais pas si leur origine est hébreux ou non-hébreux, mais c’est un problème de situation existentielle.

 

C’est comme pour la faute du veau d’or : l’initiative vient du Erev Rav nommé « Ha âm » le peuple et Israël suit et se laisse influencer.

 

Midrashim très profond : le Satan a intérêt à ce que Israël ne rentre pas en Erets Israël car tant qu’Israël n’est pas sur sa terre la Shékhinah n’est pas à son endroit céleste et terrestre et cela profite au Satan. Le Satan se déguise en Talmid ‘Hakham pour expliquer au nom de la Torah pourquoi il ne faut pas y entrer...

 

On est arrivé à la situation inimaginable des belles Drashot condamnant la faute des Méraglim dans des synagogue ultra-orthodoxe anti-israélienne en terre de Goyim ! Ils ne se rendent pas compte de la contradiction délirante dans laquelle ils se trouvent !!!

 

Comment les Gdolei Israël en arrivent-ils à dire le contraire de ce qu’il faut au nom de la Torah ?

La force du Satan c’est de rendre réel ce qui aurait pu rester une simple calomnie.

 

Il y a des gens qui ont intérêt à ne pas venir en Erets Israël. Ils inventent des justifications pour protéger leus intérêts.

 

La force du Satan est de rendre réelle les suspicions : «  Maassé Satan ».

 

Quand Abraham a entendu l’ordre du sacrifice de Isaac, le Satan déguisé en Talmid ‘Hakham lui a fait croire à une intrigation du Satan sous la forme de la voix divine...

 

Il y a 7 fonctions du Satan :

=> L’une d’entre elle est de mettre à l’épreuve le Tsadik parce que dit le Midrash : on ne met à l’épreuve qu’un métal précieux : on le passe au creuset pour en extirper les scories...

=> une autre fonction du Satan est de supprimer les Tsadikim car c’est sa fonction que les Tsadikim échouent : faire échouer en les tentant. Les faire fauter. 

 

D’après notre sujet, il est clair que le Satan a intérêt à ce qu’Israël ne revienne pas sur sa terre. Sinon la Shkhinah revient et le Satan a intérêt à ce qu’elle soit en exil. « Quand Israël est en exil, la Shekhinah est en exil », pour protéger Israël en exil. Sa stratégie c’est d’employer les armes qu’il peut : parler et dire au nom de la Torah ...

 

Il y a un Midrash beaucoup plus grave que cela :

Midrash :

« Il arrivera un temps où le Satan s’habillera de Talet et de Tefilin, s’assiera à la place du Rosh Yeshivah, et empêchera Israël de revenir d’exil ».

 

Dans le contexte de la génération de la sortie d’Egypte, les Gdolei Israël étaient eux ceux qui se sont révoltés contre Moïse lorsqu’il leur a dit : le temps est arrivé pour accomplir la dernière étape de la promesse.

 

Comprenez bien qu’à ce niveau là il n’y a aucun dialogue possible.

Je crois seulement qu’il faut faire confiance dans la santé psychique des Juifs. Cette position tellement anormale et tellement contradictoire ne peut pas survivre longtemps.

 

A partir du moment où Israël est en exil, la Shekhinah est aussi en exil, et alors le monde n’est plus sous la souveraineté de la Shekhinah, mais sous celui de la Sitra A’harah. C’est la Midat Hadin lorsqu’elle est coupée de la sainteté.

 

< fin >

*****

Partager cet article

Repost 0
Published by Manitou - dans PARASHAT HASHAVOUA
commenter cet article

commentaires

David 12/10/2015 14:39

Voici un texte du Erev Rav en puissance. Texte qui finit par dénigrer les Maîtres en Torah, les Vrais Bergers du Peuple Juif à qui l'on doit la survie du Judaisme à travers les époques les plus difficiles; venir les comparer aux méraglim qui ont succombé à leur Yester hara en voyant la Terre, c'est tout simplement abjecte et profane toute la Torah entière.

Anonyme 15/10/2015 18:50

Les méraglim étaient TOUS des tzadiqim et des maitres en torah cher ami.
et c'est justement la faute du tzadik au temps du retour.
Ce sont donc tous les rabbins contemporains et leurs fidèles persévérant en galout qui sont mis en cause ici dans leur attitude galoutique.
Avec également tous ces grands rabbins du début du 20ème siècle qui ont refusé les nombreux appels de leurs confrères un peu plus lucides et plus éveillés au temps du nazisme (et aussi juste avant), et qui ont ainsi condamné leurs communautés au piège européen.

D'une façon ou d'une autre, ceux qui doivent revenir reviendront.
Je vous souhaite sincèrement de faire partie de ceux-là.
Parce qu'effectivement, pour ceux qui ne reviennent pas, se pose la question de savoir qui ils sont ? C'est une question de choix d'identité, et en ce temps du retour le tri s'opère en fonction de ce choix précisèment.
Suivant les récits de la torah, ce n'est pas la première fois qu'un tel tri survient, mais la tradition nous affirme que c'est la dernière fois.
A bon entendeur salut !

Cohen Sabban Abraham 09/06/2010 10:36


Vous dites que personne n’a suivi l’opinion de R.Shimon
mais Abayé indique au contraire que beaucoup ont suivi l’avis de R. Yishmael et ont réussi et certains ont suivi l’avis de R. Shimon mais n’ont pas réussi. L’homme « pieux » au tabouret pourrait
effectivement être compté parmi eux.
-Exact!...et la halakha n'est pas comme lui
Car, j'ai interverti les noms :
Abbayé et Raba :halakhah comme Raba
(exception de 6 cas connus)
Ayez l'amabilité de corriger
Mon analyse reste pertinente après cette correction


Cohen Sabban Abraham 09/06/2010 10:22


Aucun pilpoul ne me semble nécessaire dites-vous?!
-Ce n'est pas un" pilpoul " mais,des questions!
et elle ont permis cette clarification.

L'autre anecdote est, elle, connue
et elle n'emploie pas un texte ...elle!


Cohen Sabban Abraham 09/06/2010 01:09


j'ai relu l'autre version...et elle est très différente
globalement ,c'est ok!
je n'aurai pas réagi si c'était comme cela

Exemple :
dans les textes du Qriat Shéma :
« si tu pratiques les Mitsvot, Je donnerais la pluie en son temps...etc. et l’herbe des champs… »
Il racontait l’histoire d’un juif qui est allé dans son champ et s’est assis sur son tabouret attendant que Dieu fasse tout ce qu’il a promis.
Un autre juif est passé qui lui a dit :
-Qu’est-ce que tu attends ?
-J’attends la pluie !
-Comment ? Et pourquoi tu attends la pluie ?
- J’attends la pluie pour que l’herbe pousse.
C’est écrit ainsi : Si tu pratiques les commandements, je t’enverrais la pluie et l’herbe poussera.
J’ai pratiqué les commandements et j’attends que la pluie vienne pour que l’herbe pousse…
- Et si tu prenais une pioche une pelle et que tu commençais à travailler de telle sorte que…
car c’est comme ça que Dieu te donne: avec ta pioche et ta pelle!


Cohen Sabban Abraham 07/06/2010 22:04


Merci pour "votre " réponse rapide.
Mais,je n'ai pas le sentiment d'avoir été bien compris
Relisez bien l'histoire ...

Rav Aviner :
il y a dans le Qriat Shéma « et il arrivera si tu accomplis Mes commandements que Je donnerai ta récolte en son temps... »
-Un juif pieux est allé dans son champ, s’est assis sur un tabouret et s’est mis à attendre…
- Passa un autre juif pieux qui lui a demandé : que fais-tu ?
- J’attends la récolte !
C’est écrit Si vous pratiquez Mes commandements je donnerais vos récoltes en son temps...
J’ai pratiqué les commandements j’attends la récolte
- Et si tu prenais un pelle un pioche, des semailles etc... ?
- Non, c’est Dieu qui doit me la donner la récolte !

Vous voyez qu'il y a bien deux "imprécisions techniques"
1)le verset ne parle pas de "donner des récoltes"(par dieu)
mais ,tu récolteras cad travailler de ses propres mains
2)et même si vous supposez " le travail en amont"
le juif pieux ne l'a pas fait,et ne veux pas le faire !

- Et si tu prenais un pelle un pioche, des semailles etc... ?
- Non, c’est Dieu qui doit me la donner la récolte !

Donc,ma remarque "revient à son endroit" ...
comme dirait le talmud

En fait,connaissant la "chita" de mon ami le rav Aviner
qui est aussi celle de nos frères ashkenaz
ce "juif pieux" parle comme ceux qui pensent qu'il n'est pas utile du tout de travailler la terre pour vivre de ses récoltes...il suffit d'être pieux (étudier la torah)
et dieu pourvoit à nos besoins
opinion, de Rabbi Chimon bar yohay T.B.Bérakhot36b
qui s'oppose à R.Yshmael qui cite justement ce verset
"tu récolteras" pour démontrer Torah avec travail
Et c'est la halakhah !!
Personne !!je dis bien personne n'a suivi R.Chimon
Même, le talmud donne confirmation de cette halakha
Abbayé contre Raba = halakha comme Abbayé
de plus Rabba n'est même pas en désaccord
Que veut-on de plus ??!

Où est donc,la difficulté ?
1)ce juif "pieux" (qui ne connait pas la halakhah)
ne veut ni semer... ni moissonner !
cad...ne pas travailler du tout !!
Alors,on lui suggère de labourer et semer...
pour espérer "avoir une récolte" ...bien...
Et,qui va moissonner?
2)On laisse supposer que si il avait fait les labours
sa position "assise sur un tabouret" serait acceptable.
Non! elle est tout aussi inacceptable !
Il devra ,moissonner lui-même !

Je reviens à l'enseignement de Manitou z"l
C'est parce que Josué est entré en terre d'Israël avec le peuple et la conquise qu'elle leur a été donnée en droit!
On devrait avoir la même analogie avec la récolte...
mais,elle ne marche pas.
Et,si oui,avec beaucoup de difficultés...

C'est parce que les hébreux sèment ,et, moissonnent
et...(tous les travaux complémentaires jusqu'à la pâte)
qu'ils peuvent manger leur pain comme leur vin et leur huile...
et encore....
à condition de dire la brakhah (même page plus haut)

De plus ...
celui qui fait des remontrances au "juif pieux"
est lui aussi un autre "juif pieux" ???!
Allez comprendre qui des deux est vraiment" pieux" ?
L'un ,ne veut ni semer... ni récolter
L'autre estime nécessaire de semer ...mais pas moissonner
Et les deux ne semblent pas connaitre la halakha

Ayant étudié trois ans de prés avec Manitou z"l, et connaissant son sens aigu de la précision
je m'étonne donc de cette imprécision,inhabituelle dans
sa bouche
Peut-être faut-il attribuer cette "imprécision" à son gout pour l'humour,et son souci d'"égayer" ses cours .
Mille excuses si j'ai été trop long.
De là où il est ,il doit être étonné que l'on dissèque autant ses paroles ...c'est la marque des grands
merci pour votre patience
zékhze tsadik livrakha


blogueur 08/06/2010 18:25



Merci pour vos remarques.


Je ne sais pas dans quel contexte le Rav Aviner cita cette histoire mais dans le cadre des cours de Manitou,
il n’y a aucun doute sur son emploi à visée pédagogique et sa signification.


Voir cette même parabole dans le même contexte du 1er Rashi de Béréshit sur le cours audio de Hayey Sarah (1984)
2ème partie : http://manitou.over-blog.com/article-haye-sarah-1984-2eme-partie--38890612.html


Vous y trouverez cette même citation qui bien que plus précise reste toujours plus ou moins
approximative : c’est l’attitude qui est ici critiquée dans cette anecdote qui n’a qu’une visée pédagogique ! Aucun pilpoul ne me semble donc nécessaire sur les mots employés dans cette
parabole dont le sens est bien clair.


Ce sens est confirmé plus encore par l’histoire du petit papier du pieux au Kottel. (Elle est également
rapportée dans le cours audio de Shelah Leha, je viens de vérifier et de l’ajouter sur le blog). 


Autre anecdote :


Un juif pieux vient chaque jour au Kottel pour déposer son petit papier avec sa demande : Mon Dieu fait moi gagner au lotto ! Les jours passent. Un ange vient plaider sa
cause auprès de Dieu qui lui répond : « Et s’il commençait par prendre un billet de loterie ! »


N’oubliez pas que c’est un cours oral, et que Manitou ne l’aurait bien évidemment pas écrit tel qu’il l’a
prononcé.  


Vous dites que personne n’a suivi l’opinion de R.Shimon mais Abayé indique au contraire que beaucoup ont suivi l’avis de R. Yishmael et ont réussi et
certains ont suivi l’avis de R. Shimon mais n’ont pas réussi. L’homme « pieux » au tabouret pourrait effectivement être compté parmi eux. 



Cohen Sabban Abraham 06/06/2010 20:50


l'histoire rapportée au nom du rav Aviner est amusante
elle est censée illustrer les propos de Minitou z"l
Mais ,elle ne colle pas avec le texte ci-dessous
Nul part écrit dans le chéma que dieu donne la récolte
Il donne la pluie ...oui
Mais , la récolte :c'est le ben Israël qui doit la moissonner
Je m'étonne que notre révéré maitre n'est pas senti cette imprécision de mon ami le Rav Aviner





14 je donnerai à votre pays la pluie opportune, pluie de printemps et pluie d'arrière-saison,
et tu récolteras ton blé, et ton vin et ton huile.
15 Je ferai croître l'herbe dans ton champ pour ton bétail, et tu vivras dans l'abondance.


blogueur 07/06/2010 17:25



les deux versets du Shémâ que vous citez ne font pas mention du travail en amont de la récolte (labour et semailles...etc),


J'enverrai (dit l'Éternel) à votre pays la pluie en temps utile, la pluie hâtive et la pluie tardive, et vous rentrerez vos grains, vos vins et vos huiles.
Je ferai croître de l'herbe pour vos bestiaux.


on pourrait alors être amené à penser qu'en dehors de l'attente passive (sur une chaise au mileu du champ) il n'y ait aucun effort à fournir avant la récolte à faire ! 


Même attitude parfois rencontrée envers Erets Israël, attitude que critique précisément cette parabole racontée par Manitou au nom du rav Aviner...



Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche