Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 15:46

LEKH LEKHA (1992)

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/parasha/lekh_lekha_serie_1992/cours_1

Face B

 

 

.../...

 

Pour revenir au sujet: Les Chrétiens ont parlé de déicide tout en sachant qu’il s’agit d’une énormité qu’ils aménagent. C’est dangereux parce qu’effectivement, il y a ces grands intellectuels juifs dont le seul souci est de tuer l’idée de Dieu.

 

Nous, les Juifs, disons finalement la même chose sous une autre forme que cette notion de déicide qui est barbare, païenne. C’est la religion du cannibalisme : pendant la messe, manger les Juifs et boire le sang des Juifs. Il est possible que leurs maîtres leur ait donné ce rite pour évacuer la haine des Juifs. C’est symboliquement ce qui se passe. Cela ne les a pas empêché de faire des pogroms, mais ils auraient sans doute fait pire sans.

 

Nous les Juifs disons la mëme chose dans un tout autre langage. Nous disons que lorsqu’Israël est en exil, la Shekhinah - la Présence de Dieu est en exil. On ne se rend jamais compte de la portée d’une telle affirmation. On ajoute de suite : « pour protéger Israël dans l’exil » mais on oublie tout de suite qu’Elle est en exil ! Imaginez cette notion de l’exil de la Shekhinah ! Qu’est-ce qu’une Shékhinah en situation d’exil ? Il y a une espèce d’aveuglement sur l’épouvantable notion qui est véhiculée là. Les rabbins qui l’ont formulé ne pensaient pas du tout à dire : « grâce à Dieu elle est en exil pour nous protéger ! » Ils tentaient de formuler l’idée du drame d’un monde où la Présence de Dieu est en exil. Pourquoi ? Parce que les Juifs sont en exil ! Parce qu’Israël est en exil alors la Shekhinah est en exil de son monde.

Et vous remarquerez quand les Chrétiens abandonnent cette accusation de déicide : c’est lorsque les Juifs reviennent à Jérusalem au bout de 2000 ans. D’où les Vatican 2...etc pour corriger ces choses-là. Ceci indique que les 2 événements sont liés. La Shekhinah rentre chez elle... Il y a une présence de Shekhinah en Israël au prorata du nombre de Juifs en Israël. Vous voyez l’importance de l’Agence juive ! 

 

Pour revenir au sujet, j’ai trop parlé mais c’était simplement pour dire qu’il y a un cas particulier qui apparait dans cette diaspora humaine, le cas particulier de la nation des Hébreux.

 

***

 

Tour de Bavel :

Je voudrais répondre à une question qui m’a été posée à la fin du cours :

La motivation de la tour de Babel  telle qu’elle est donnée par la Torah c’est [Gn.11:4] :

 וְנַעֲשֶׂה-לָּנוּ, שֵׁם

« VéNaassé Lanou Shem »

« Faisons-nous pour nous un nom »

 

Le Pshat de la lecture habituelle c’est de dire – nous allons faire une tour pour que notre souvenir soit historiquement imperrissable. Nous nous ferons un Shem, nous nous ferons une réputation, nous nous ferons un nom… Maisle sens un peu plus profond, c’est qu’il s’agit de la faute du 1er homme à l’échelle de l’universel humain. La faute du 1er homme, c’est de vouloir substituer sa volonté à la volonté de Dieu.

 

Lorsque Dieu empêche le 1er homme de prendre de l’arbre de vie après qu’il ait pris de l’arbre de la connaissance du bien et mal mélangés.

ON m’avait posé la question : Pourquoi Dieu a empêché le 1er homme de prendre du fruit de l’arbre de vie ? Rashi répond en citant un Midrash : Il est atteint et intoxiqué par ce mélange de bien et mal en lui, et alors s’il prend du fruit de l’arbre de vie, il risque de rester pour l’éternité dans l’état où il est. Pour le sauver, il faut qu’il puisse mourir et réinstaurer sa vie à travers « l’électrochoc » de la mort. Il y a des intoxications qui ne peuvent être guéries que par l’expérience de la mort. Il y a des expériences d’échecs qui ont des cicatrices indélébiles, et il faut être déjà dans le Monde-à-venir pour pouvoir s’en débarasser.

 

Au niveau de la Halakha :

La Halakhah prévoit qu’un ustensile devenu impur puisse redevenir pur. Mais il y a un certain nombre de matières d’ustensiles que l’on ne peut pas purifier : il faut briser et reconstituer l’ustensile. C’est la même chose à partir du moment où l’identité humaine est atteinte par ce poison du mélange du bien et mal.

 

La difficulté du problème moral, n’est pas tellement d’avoir à choisir entre le bien et le mal car toute conscience de bonne santé mentale et morale, sait d’instinct où est le bien et où est le mal et préfère vivre que mourir. Maïmonide l’a beaucoup expliqué dans les Shmoneh Prakim: il faut d’abord retrouver la bonne santé morale, pour être apte à la loi - l’obligation de préférer le bien au mal. Ce qui est instinctif pour toute personne en bonne santé morale, ou bonne santé tout court, qui préfére vivre que mourir.  La difficulté réside dans le fait d’être confronté à un monde où le bien se fait prendre pour le mal, et le mal se fait prendre pour le bien, parce que le bien et le mal sont mélangés, et parce qu’on ne sait pas les diagnostiquer. C’est cela la difficulté de la conscience morale. Le vrai problème moral est celui des cas de conscience : lorsqu’il y a conflit des devoirs, et non pas lorsqu’il y a conflit entre un devoir et une jouissance.

 

Ce poison-là, cette intoxication-là, zoamat hana’hash - l’impureté du na’hash, pour pouvoir s’en guérir, il faut le choc, l’électro-choc si j’ose dire, de la mort.

 

C’est ce que dit le Midrash : Au Sinaï la révélation de la présence de Dieu a transformé tous le peuple qui était là et l’a guéri de cette impureté du serpent. Leur âme a quitté leur corps pour revenir ensuite, et entretemps le corps a été purifié de cette impureté. Il y a eu une regénérescence totale.

 

Il y a une notion un peu analogue dans la pensée chrétienne : la renaissance. C’est-à-dire mourir : l’homme ancien qui meurt et renait en l’homme nouveau. Beaucoup d’évèques choisissaient le prénom René – Renatus : Celui qui a vécu l’expérience d’avoir tué l’homme ancien en lui et d’être re-né en l’homme nouveau. C’est la même idée symbolisée par la pensée chrétienne. C’est

A notre vue vue c’est symbolique, c’est magique, c’est pneumatique, c’est spirituel, c’est un souhait qui se prend pour une réalité. Mais c’est la même idée. D’ailleurs d’une façon générale, le christianisme a symbolisé énormément beaucoup de données d’origine juive, mais symbolisé, comme une sorte de maquette de ce dont il est parlé dans les notions hébraïques.

 Je referme la parenthèse. Ovus voyez à quel point les Juifs dans leur spiritualité propre disent la même chose. Mais sans s’en rendre compte bien entendu. Allez dire à un rabbin qui parle de la protection de la Shékhinah dans l’exil de Brooklin qu’il est en train d’être déicide…

Vous avez compris le processus.

 

***

 

Naassé lanou Shem :

Cette prétention de l’humanité à Babel était de substituer la souveraineté humaine à la souverainté divine. Naassé lanou Shem : nous allons nous faire le nom. Ce ne sera plus la prérogative du Créateur mais ce sera la nôtre ! Je crois que la notion philosophique qui y correspond est l’humanisme. L’humanisme en tant que projet prométhéen de mettre l’homme à la place de Dieu. L’humanisme a été la faute du 1er homme et celle de Babel à l’échelle universelle.

Pour ëtre plus complet : Il y a dans le judaïsme un projet humaniste. C’est-à-dire que le critère de la valeur suprême, c’est la dignité de l’homme parce que c’est la volonté de Dieu que l’homme soit le centre de la réalité. Mais dans l’humanisme philosophique c’est tout à fait autre chose. C’est l’homme qui se met à la place de Dieu. La manière dont la Torah magnifie l’homme est un humanisme absolu mais par volonté de Dieu. C’est Dieu qui a voulu que l’homme soit la valeur suprême. Alors que l’humanisme de la faute du 1er homme ou de la faute de Babel, c’est l’homme à la place de Dieu. (Cela a été le drame de Nietsche).

 

Depuis le temps de Babel, retenez le verset 1 du chapitre 11, il y a avait à la fois la langue une et les langues particulières des nations. La langue une a été occultée. Révolte contre l’unité dans tous les domaines. Ne sont restées que les langues particulières des nations qui ne se sont plus comprises. Ce n’est pas la lecture habituelle de la pensée magique de la confusion subite des hommes entre eux, chaque nation s’étant mises á parler une langue différente...

 

A partir de ce temps-là, on s’aperçoit que l’humanité est travaillée par un idéal de reconstruction de cette unité perdue. Il y a une nostalgie de l’unité perdue qui travaille très profondément en creux dans la conscience humaine.

 

Nous verrons les deux stratégies, celle des nations et celle d’Israël.

C’est parallèle dans le récit biblique. Cela se dévoile en mëme temps.  

 

Chez les nations va apparaître le temps des empires. La stratégie des nations pour reconstituer l’unité humaine perdue, c’est l’impérialisme. C’est dire qu’une ne nation, à tour de rôle, d’après les circonstances historiques, économiques et intellectuelles, va prendre la tête de prou de la civilisation humaine, et va chercher à unifier l’humanité autour d’elle mais en s’imposant comme modèle. Et nous verrons qu’il y a une fatalité.

La rêve de l’idéal universaliste est authentique chez les Goyim. Les fondateurs des empires ont d’abord été des rêveurs de l’universel. Quand on étudie la révolution française par exemple, qui est un de ces échecs énormes : quelques années après la révolution, l’empire français ! Il semble qu’il y ait une sorte de fatalité. Le rêve c’est celui de l’universel. C’est le rêve des encyclopédistes que l’on retrouve derrière la convention. Le rêve de l’universalité est authentique mais bascule inévitablement dans l’impérialisme. Il n’y a jamais eu d’exception. Le dernier exemple nous a été montré par l’empire soviétique. La révolution d’Octobre a été le rêve de l’universel. C’est tout de suite devenu l’empire soviétique ! Et vous savez à quoi il a mené et les nations qu’il fédérait.

Je dois dire qu’avec l’histroie de la Yougoslavie je me demande s’il ne faut pas préférer les dizaines de millions de victimes du soviétisme aux dizaines de millions de victimes de l’effondrement du soviétisme… Ce qui va remplacer l’empire communiste risque d’être pire soviétique du point de vue du sort des peuples en question. Regarder ce qui se passe en Yougoslavie. Si à Dieu ne plaise cela se passe dans l’ex-empire soviétique – et malheureusement il y  des signes que cela va se passer – cela va être catastrophiques.

 

Il n’y a aucune exception : tous les mouvements, à quelque niveau que ce soit, au niveau politique philosophique, religieux..., qui ont commencé par le rêve de l’universel ont basculé dans un impérialisme. La chrétienté ne fait pas exceptin : elle a de même prétendu être une religion universelle et elle a été l’impérialisme romain.

 

On peut dire que depuis Vatican 2, énormément de consciences chrétiennes sont travaillées par ce problème, et essaient de revenir à un universalisme réel en se dégageant de la tentation de l’impérialisme romain. La Vatican a remplacé l’empire de Rome. La structure impériale romaine se retrouve au Vatican. La Pape c’est l’empereur de Rome sous forme religieuse. Avec la nuance suivante que dans l’empire d’Occident, le chef religieux était le chef temporel alors que dans l’empire d’Orient c’est le chef temporel qui était le chef religieux.

 

Il y a un exemple évident avec l’islam dont le projet est d’être une religion universelle et qui est un impérialisme arabe et ne s’en cachant pas.

 

Nous devons au génie du Maharal d’avoir dévoilé la source de la Guémara explicant qu’il s’agit beaucoup plus d’un impérialisme perse que d’une impérialisme arabe. Il a fallu les temps contemporains pour que l’on comprenne cette pensée du Maharal que la force de l’Islam c’est la Perse plus que l’Arabie.

 

Retour au sujet :

Il y a là semble-t’il un règle sans exception : le rêve, l’idéal, est authentiquement universel à l’échelle de l’idéal ; la réalité historique, socio-politique, c’est l’empire.

 

L’exemple de la révolution française cité est très probant : c’est au nom de l’universel et des valeurs de « liberté-égalité-fraternité » que les Français ont fondé l’empire français.

 

Tous les juifs francophones et surtout nord-africains ont été impérialisé et colonisé par l’empire français, c’était la 3ème république, au nom de l’universel français : Moi fils de rabbin en Algérie on m’apprenait « nos ancêtres les Gaulois... ». Au nom de l’universel humain : « Nous sommes égaux, soyez comme moi ! »

 

La définition même de l’impérialisme c’est de continuer à exister avec les enfants des autres... C’est aussi la definition du colonialisme d’ailleurs.

 

Alors je poserais la question : Comment s’expliquer cette fatalité ?

La Torah nous fait comprendre qu’il n’y a aucun espoir que l’humanité retrouve son unité à travers les Goyim. La dernière preuve en est ce que De Gaule appellait « le machin » : l’ONU !

Qui peut prendre au sérieux le projet d’unité de l’ONU ?

 

Qui pourrait ici proposer une solution et pourquoi cette fatalité ?

 

Je vous ai dit 2 choses qui ne sont pas contradictoires :

le rêve de la révolution française est authentique,

sa réalité est catastrophique: c’est le pire des impérialisme de l’Europe du siècle dernier.

 

Réponse :

La réponse est très simple: c’est parce que le véhicule sociologique de cet idéal est un véhicule inadapté à cet idéal. C’est un véhicule partiel. C’est un génie humain spécifique, bien défini, qui ne vaut que pour lui-même et ne peut pas être le véhicule de l’universel humain. Il faut être français pour être français.

 

Prenez le cas de la Russie : La révolution d’Octobre a eu des idéologues de l’universel. Le rêve était authentique !  C’est pourquoi d’ailleurs les Juifs se laissent souvent prendre au piège, comme le papillon avec la flamme. Si vous saviez à quel point les Juifs ont collaboré à la révolution d’octobre ! En plus ces juifs russes ont fini par faire un tout petit état qui s’appelle « Israël ». Aujourd’hui la principale communauté juive en Israël est russe.    

 

Le véhicule sociologique de cet idéal est inadapté à cet idéal.

Chaque manière d’être homme concrête est partielle et donc forcément partiale.

On cherche partout sans la trouver l’identité humaine qui pourrait fonder la société de l’homme universel. Les Juifs français ont été persuadés que c’était en France, les Juifs américains sont persuadés que c’est en Amérique, les Juifs Allemands étaient sûr que c’était en Allemagne...

Et finalement il s’avère que chaque fois c’est un échec, il n’y a pas d’exception. Tous les mouvements universalistes ont basculé dans l’impérialisme ! Il n’y a pas d’exception !

 

Nous verrons qu’il y a une nation qui a une identité autre qui n’est pas du tout une manière d’être homme parmi d’autres et c’est cette nation des hébreux dont l’histoire nous est racontée du dedans de l’histoire des diasporas humaines et qui réapparait au jour avec Abraham.

 

1ère indication :

Tous ces universalismes ont toujours basculé dans l’impérialisme

 

2ème indication :

Tout ces universalistes ont toujours eu dans leur idéal l’aménagement d’une solution pour toute identité humaines sauf pour les Juifs. Et il n’y a pas d’exception.

Je ne sais pas si vous voyez l’énormité de cette remarque.

 

Cf. les 2 exemples qui nous sont le plus familiers :

La révolution française :  « Tout aux Juifs comme individus, rien aux Juifs comme nation ».

Et puis la constitution soviétique qui a reconnu le droit de citoyenneté à toutes les nations de l’empire soviétique sauf aux Juifs. C’est très frappant. Le christianisme a une solution pour tous les non-chrétiens sauf pour les Juifs, cas particulier. Étudiant en éthnologie j’avais eu à explorer les œuvres des missionnaires belges au Congo. J’avais remarqué qu’ils essayaient d’adapter et d’adopter tous les rites païens des peuplades qu’ils convertissainet sauf la circoncision ! Parce que la circoncision c’est juif ! N’importe quelle autre simagrée païenne peut se cristianiser, mais pas la circoncision d’Abraham ! Avec tout le discours théologique insistant sur la circoncision du cœur…   

 

***

 

Retour au sujet :

Je vous signale que dans les généalogies de la descendance de Noa’h, il y a un cas particulier qui est fait pour l’ancêtre des Hébreux qui est Ever. Ever est la dernière génération dans la lignée de Shem avant Dor hapelagah.

 

Voilà la leçon que nous devons en tirer, j’en ai parlé d’ailleurs dans le texte que vous avez dans la Parshat hashavouah où vous le retrouverez en détail: Il est restée à travers la descendance de la lignée de Shem, une manière d’être universelle, la manière hébraique d’être homme, qui est de nature différente des manières partielles d’être homme. C’est ce que l’humanité entière a diagnostiqué dans le thème du salut qui passe par les Juifs. Pourquoi ? Parce qu’ils sont Hébreux !

Lorsqu’on cherche la référence à l’universel  «ecce homo» « voici l’homme », il s’agit des descendants de Ever – c’est une manière d’être homme qui est tout l’homme.

 

Après Ever, la génération de Peleg, son fils, il y a la Pelagah et on est alors dans les impasses humaines des manières très particulières d’être hommes que l’hébreu peut être à tour de rôle. Un hébreu peut être n’importe quel Goy mais un Goy ne peut être que ce qu’il est. Il est ce qu’il est. Quand un juif s’assimile et devient Goy, il a perdu cette capacité d’être l’identité universelle. Et je vais vous dire quelque chose qui vous paraîtra comme un paradoxe mais on est en plein dans el sujet : Un juif qui devient une manière d’être homme disparait comme juif : on dit qu’il s’assimile !

[La seule assimilation cachère c’est l’assimile à Sion !]

Un Goy qui prend l’identité hébraïque se regénère dans l’identité de l’homme universel. Cela s’appelle se convertir, mais il faudrait dire se naturaliser hébreu. N’importe quel homme peut redevenir l’homme universel. Mais c’est un cas particulier de l’histoire. N’importe qui peut devenir Israël, et en cela redevenir hébreu. Car il rentre dans une collectivité qui a gardé cette identité universelle. La preuve les Juifs !  Les Juifs sont la preuve que les Hébreux peuvent être n’importe quoi. Il y a des Olim du Groenland, de la Chine... Tout cela c’est une indication qu’il y a un cas particulier de l’identité hébraïque.

 

Les Kabalistes rattachent le nom de Ever à une notion très importante qui est l’embryon, le Oubar  (Ayin-Beit-Reish). L’identité hébraïque c’est l’embryon de l’identité humaine : l’humanité est une matrice dans laquelle s’élabore l’embryon du fils de l’homme qui est l’hébreu.

 

C’est à travers l’histoire du peuple des Hébreux que se prépare l’identité humaine universelle.

L’embryon de l’humanité en hébreu se dit « hébreu » : ôubar – ever- ivri, ce sont les mêmes lettres.

 

L’embryon est un être indifférencié qui par la suite devient cette manière particulière d’être ou cette autre...  Alors c’est cela la prérogative de l’identité hébraïque.

 

On a remarqué par exemple, cela me revient de mes études, qu’un embryon de singe et un embryon d’homme se ressemble beaucoup plus qu’un homme et un singe ! C’est connu, cela ne veut pas dire que le singe descende de l’homme ! Cela veut dire que le singe est un homme qui n’a pas eu le courage de devenir homme, et qui est resté singe ! mais l’embryon lui prouve qu’il aurait pu.

La preuve : c’est que quand c’est un homme il devient homme…  

Vouilà ce que je voulais citer en ce qui concerne l’identité de Hébreux du dedans de la diaspora humaine.

 

Diaspora :

 

Je reviens à la notion de diaspora:

Les Juifs se sont habitués à faire semblant de corire que l’identité de diaspora est naturelle à l’identité juive. Elle est non-naturelle à l’identité juive. L’identité de diaspora est naturelle aux Goyim et pas aux Juifs. La diaspora d’Israël est seconde et greffée sur la diaspora humaine en vue de ces battements du coeur évoqués tout à l’heure : Lorsque le sang revient à Jérusalem, il ramène toutes les manière d’être hommes à la fois. Cf. le phénomène de la municipalité israélienne dans laquelle l’humanité se rassemble à travers ses Juifs. On croit que ce sont uniquement des Juifs qui se rassemblent mais en fait il se passe quelque chose de beaucoup plus profond. Il y a les différentes manières d’être hommes qui se rassemblent à travers leurs Juifs. Et puis les convertis viennent donner un coup de main pour nous montrer le modèle…

J’ai des amis juifs italiens. C’est une communauté particulière : ils continuent à s’appeler les Hébreux. Chez les Russes aussi d’ailleurs, les Russes appellent les Juifs des Hébreux, en bonne part. L’un d’entre eux m’a raconté que son rabbin lui a dit que lui il n’est pas italien de religion juive, il est hébreu de religion italienne ! C’est joli et c’est très exact. Les Juifs sont religion dans leur indice goï !  Les Juifs français ont la religion de la France, beaucoup plus que les Français parce que pour les Français c’est naturel, alors que pour les Juifs c’est vraiment une religion !

Vous connaissez d’ailleurs les israélites français : c’est une véritable religion. J’ai connu un très grand juif français d’origine russe, le grand Rabbin Kaplan pour qui j’ai énormément de respect : il a la religion de la France. Et lorsqu’il dit qu’il y a un parallèle entre la constitution française et les tables de la loi, il y croit ! C’est sa fonction dans l’histoire juive : il est la France ! Très sioniste par ailleurs, mais à Paris ! Sincèrement sioniste.

Je me rappelle mon enfance en Algérie, et là c’est encore plus significatif, parce que nous étions une communauté qui sortait de la ville arabe, la France était passé par-dessus, l’Espgne aussi. La manière dont les Juifs algériens vivaient la France c’était religieux ! Je me souviens de mon grand-oncle qui aimait beaucoup blaguer : « nous sommes français jusqu’aux sourcils, nous avons les sourcils froncés !». C’était très sérieux.

La grande blague c’était :

-Tu as fait la gurerre de 14 ?

-Non !

-Alors va la faire et après tu parleras…

 

***

 

Retour au sujet pour la deuxième partie du sujet :

Q : cette 1ère identité ne se retrouve-t’elle pas aux Etats-unis ?

R : bonne question, mais de manière différentes : finalement tous les américains sont attelés à quelque chose d’analogue : le meelting-pot de l’humanité entière. Mais il ne peut en sortir l’homme. Il n’en sort que l’américain. Il en sort une autre manière d’être homme. Le rêve américain est le rêve universel contemporain. Actuellement cela a basculé dans l’impérialisme, et il y a bien une impérialisme américain. Le modèle des enfants du monde entier... Coca-cola... C’est une société actuellement en pleine crise. Les Américains eux-même ne croient plus au rêve américain. En tout cas, le reste de l’humanité ne croit plus que l’homme c’est l’Amérique. Avec Israël, c’est tout à fait autre chose. C’est vraiment une identité non cosmopolite, une identité nationale à l’échelle de l’universel. L’échec de l’universel, c’est le cosmopolitisme. Il y a justement souvent chez les Juifs de diaspora ce danger. Ils se veulent universalistes mais la plupart du temps, ils sont cosmopolites. Ce qui est différent. C’est-à-dire d’aucune nation. Alors qu’en Israël c’est toutes les nations à la fois ! Je crois qu’il y avait dans l’accusation de cosmopolitisme portée contre les Juifs par les marxistes  une base de réalité. Cela se dévoile assez négativement. L’existence d’Israël dévoile que beaucoup de Juifs ne sont que cosmopolites et non pas universalistes. Ils ont l’universel des multinationales mais ce n’est pas du tout de l’universalisme mais Davka le cosmopolitisme. Dans la littérature il y a ce terme de cosmopolitisme qui a un aspect positif et sympathique: c’est-à-dire plusieurs cultures et fidélité à chacune. Mais le cosmopolitisme dont je parle c’est fidélité à aucune.

 

Quand je pense aux israélites français, eux sont les Juifs de l’identité française. Je ne pense pas au cosmopolite auquel je fais allusion. Un intellectuel cosmopolite juif en France est très différent de l’intellectuel israélite français du siècle dernier, rien à voir.

 

Il y a un peu de cela en Amérique. Une maniére d’être homme parmi les autres, d’origine européenne en dominante, cela va un peu changer avec les Mexicains .. etc., qui s’est forgé dans ce meelting-pot mais ce n’est pa sl’universel israélien où les Juifs représentent l’humanité ès-qualité d’elle-même. Quand un Juif éthiopien est en Israël c’est l’Ethiopie juive qui est en Israël, ce n’est ni l’Ethiopie ni le cosmopolite mais l’Ethiopie juive…

De la même manière quand un Juif lithuanien est en Israël, c’est la Lithuanie juive.

C’est très différent. Quand je vois un ghetto de Bnei-Brak ou un ghetto de NewYork, ce n’est pas la même chose, celui de New-York est à l’étranger, tandis que celui de Bnei Braq ce sont des Juifs de l’exil mais qui sont chez eux.

 

Q : Cette tentative de l’universel des nations se transforme-t’elle fatalement ainsi de façon inévitable ?

R : C’est inévitable. L’humanité est travaillée par cela, elle va vers cette exigence et porte en creux sa nostalgie de l’unité perdue.

Q : Bien que vouées à l’échec, ces tentatives ne sont-elles pas nécessaires ?

R : non, elle est nécessaire mais elle est fatalement vouées à l’échec. Il y a une 2ème stratégie qui est la stratégie messianique qui commence avec Abraham. C’est l’universel vrai c’est-à-dire, l’unité humaine où chaque manière d’être homme a sa place. Mais l’impérialisme est une manière d’être homme qui s’impose aux autres. Pour les autres tentatives, il y a bien un résultat positif entre temps qui est ce qu’il est mais on peut se demander si le jeu en valait la chandelle : au niveau individuel, énormément d’individus de ces empires sont de véritables idéalistes de l’universel. Ce sont d’une certaine manière ceux que nous appelons  : « les justes des Nations ». Alors que le cas d’Israël c’est en tant que collectivité. Mais chez toutes les nations et dans tous ces mouvements, il y a des individus qui sont des justes de l’universel humain. Mais ce sont des individus qui sont crucifiés à l’intérieur de leur propre société, et malheureux d’assister à l’échec de leur propre idéal. Il y en a eu chez les chrétiens, chez les socialistes et chez les musulmans. Vous n’avez aucune idée du courrier que l’on reçoit des pays musulmans en Israël ! A l’échelle individuelle.

Les états comme états, les hiérarchies et états-majors des églises sont tous anti-Israël, mais à l’échelle individuelle il y a partout des justes des nations.

 

Q : que les Goyim ne nous aient pas fait de place n’a t’il pas freiné l’assimilation ?

R : Non, les Juifs se sont quand même assimilés : vous n’avez aucune idée à quel point nous sommes tous des rescapés de rescapés de rescapés d’une érosion d’identité perpétuelle. Nous avons fait cadeau d’un génie humain colossal à l’humanité qui en est ingrate. Ce osnt parfois des cadeaux empoisonnés, Spinoza à la philosophie mondiale par exemple. Mais c’est à ce niveau-là qu’on fait des cadeaux. Je suis épouvanté par la qualité de cette élites des juifs de France qui se déjudaïsent. C’est cadeau pour la France, mais enfin cela nous manque !

Vous savez que j’ai connu plusieurs générations de jeunesse, c’est d’ailleurs un phénomène général, la jeunesse humaine est de meilleure qualité, de plus en plus, malgré les apparences de la délinquance. Dans la communauté juive que je connais mieux que les autres milieux cela me frappe : les populations juives en France disposent d’une élite colossale, mais en dehors de la communauté, et en dehors d’Israël, sauf un jour par an et encore, par hasard...    

 

Q : … cela ne signifie pas qu’il fallait passer par l’exil ? Y avait-il un autre chemin ?

R : Vous reliez-là deux choses très différentes. Cela ne signifie pas qu’il devait y avoir relation entre Israël et les nations mais pourquoi l’exil ? Je vous donne un exemple : nous sommes dans une époque de transition, la relation entre Israël et les nations est en train de changer de nature. Les Juifs de l’exil s’appellent diaspora mais ils sont en exil, ils sont une survivance préhistorique car actuellement Israël a des relations directes avec les nations, en court-circuitant ce qui avait été la condition juive des ghettos. Fussent-ils des ghettos ouvert comme les communautés de diasporas…

…/…

lire la suite ici 

*****

Partager cet article

Repost 0
Published by Manitou - dans PARASHAT HASHAVOUA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche