Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 18:34

Parasha - Itro (1995)

 

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/parasha/yitro_serie_1995/cours_1

Face B

Parasha - Itro (1995)  2ème Partie

.../...

 

Yithro se réjouit (wayi‘had) Tel est le sens littéral du mot. Explication du midrach : Sa chair s’est hérissée d’épines (‘hadoudim) à cause du chagrin que lui causait la perte des Egyptiens. Comme le disent les gens : « Un converti, jusqu’à la dixième génération, ne parle pas avec dédain d’un Araméen en sa présence ! » (Sanhèdrin 94a).

 

Sur Vayi’had : lorsque Jéthro a compris comment Moïse lui a fait comprendre l’intervention de Hashem contre le Pharaon et l’Egypte, alors il a été secoué et terrifié. Il a compris l’intervention de Dieu dans l’histoire dans une médiation complètement différente de celle à laquelle il était habitué dans sa sagesse à travers les lois de la nature. Le passage de la mer rouge n’est pas un passage à gué. C’était la délivrance d’Israël et la perte de l’armée égyptienne. C’est tout à fait différent.

 

Dans les événements contemporains, énormément de juifs et d’israéliens, sur le moment ont perçu la dimension des événements que nous vivons. Et tout de suite après, ils essaient de réduire cela à des choses banales. Ce sont les Goyim qui se rendent compte que ce qui se passe pour Israël, en particulier pour la guerre de Kipour, sont des choses exceptionnelles et qui dépassent l’entendement. Ce sont paradoxalement  les Juifs qui tentent de minimiser cela.

Il y a actuellement, depuis le nouveau régime en Israël depuis 1992, cette tendance de démythifier, de désacraliser tout, qui est inquiétant mais indéniable.

 

Vous voyez ce bouleversement de Jéthro lorsqu’il comprend que ce sont des événements qui dépassent l’ordre habituel.

 

J’ai souvent des conversations avec des non-juifs, en particuliers des ecclésiastiques. Les protestants arrivent parfois même à comprendre cela plus profondémentque les catholiques. Ils sont émerveillés de ce qu’ils appellent l’intervention de Dieu pour Israël. Il n’y a que les Juifs qui n’arrivent pas à se rendre compte de quoi il peut s’agir, et qui au contraire prennent le parti de l’ennemi.

18:10

וַיֹּאמֶר, יִתְרוֹ, בָּרוּךְ יְהוָה, אֲשֶׁר הִצִּיל אֶתְכֶם מִיַּד מִצְרַיִם וּמִיַּד פַּרְעֹה:  אֲשֶׁר הִצִּיל אֶת-הָעָם, מִתַּחַת יַד-מִצְרָיִם

Vayomer Yitro baruch Adonay asher hitsil etchem miyad Mitsrayim umiyad Par'oh asher hitsil et-ha'am mitachat yad-Mitsrayim

 

וַיֹּאמֶר יִתְרוֹ

Vayomer Yitro

Et Jéthro dit…

 

Nous trouvons ensuite une expression qui prouve que Jéthro s’est converti à la religion de Moïse alors que jusque-là Jéthro avait été le maître de Moïse pour la sagesse naturelle.

 

בָּרוּךְ יְהוָה

Baroukh Adonaï…

 

Ce même Yitro sensible uniquement à Elohim - il est spinoziste si vous voulez- dit ici Baroukh Hashem !

 

Vous savez la différence entre l’université de Bar Ilan et l’université de Jérusalem ?

A l’université de Jérusalem 2 et 2 cela fait 4. Mais à l’université de Bar Ilan 2 et 2 Baroukh Hashem cela  fait 4 !

 

אֲשֶׁר הִצִּיל אֶת-הָעָם

asher hitsil etchem

qui vous a sauvé

אֲשֶׁר הִצִּיל אֶתְכֶם מִיַּד מִצְרַיִם וּמִיַּד פַּרְעֹה

miyad Mitsrayim oumiyad Par'oh

de la main de l’Egypte et de la main de Pharaon

asher hitsil et-ha'am mita’hat yad-Mitsrayim.

Et qui a sauvé le peuple de dessous la main de l’Egypte.

 

18 :11

עַתָּה יָדַעְתִּי, כִּי-גָדוֹל יְהוָה מִכָּל-הָאֱלֹהִים:  כִּי בַדָּבָר, אֲשֶׁר זָדוּ עֲלֵיהֶם

Atah yadati

Maintenant je sais

ki-gadol Adonay mikol-ha'elohim.

Que c’est Hashem qui est plus grand que tous les Dieux

ki vadavar asher zadou aleyhem

Car c’est par la chose qu’ils avaient projeté contre vous.

 

עַתָּה יָדַעְתִּי

Atah yadati

Maintenant je sais…

 

Principe talmudique : chaque fois qu’il y a Véatah cela fait toujours allusion à l’après Teshouvah.

« Et maintenant... Et après la téshouvah ».  Atah ici c’est dans ce même sens.

 

Pour la Halakhah, il y a 3 situations où les fautes sont pardonnées :

-          le jour du mariage, on pardonne toute les fautes antérieures,

-          le changement de position sociale,

-          la Teshouvah : on pardonne au Guer tout ce qu’il a fait avant. Au Baal Teshouvah aussi mais le modèle reste le Guer. Parce que le Baal Tshouvah c’est un peu comme le Guer puisque le Guer  c’est la Teshouvah réelle.

 

כִּי-גָדוֹל יְהוָה מִכָּל-הָאֱלֹהִים

ki-gadol Adonay mikol-ha'elohim.

Que c’est Hashem qui est plus grand que tous les Dieux.

 

C’est maintenant que Yitro va achever ce cheminement qu’il avait commencé à l’instar d’Abraham : détruire toutes les idoles et permettre la révélation du vrai Dieu : il était disponible pour cela, et même Moïse n’avait pas pu le convaincre avant la sortie d’Egypte dans leurs rapports d’élève à maître. Et c’était son beau-père. La Halakhah exige pour les beaux-parents le même respect que pour les parents.

 

כִּי בַדָּבָר, אֲשֶׁר זָדוּ עֲלֵיהֶם

ki vadavar asher zadou aleyhem

car c’est par la chose qu’ils avaient projeté contre vous…

 

Sous-entendu qu’ils ont été punis... 

 

Il y a ici le dévoilement d’une grande règle de Torat Hashem qui est « Midah kenegued midah ».

Voilà ce que découvre Jéthro.

 

« Veahavta léreakhah kamokha ani Hashem  Eloheikha »

Tu aimeras ton prochain « comme toi-même », je suis Hashem ton Dieu.

 

Un Midrash lit : « Veahavta léreakhah, kamokha ani Hashem Eloheikha » « tu aimerais ton prochain, comme toi Je suis Hashem ton Dieu » : comme tu te conduis avec lui, Moi je me conduis avec toi... !»

 

Il y a un autre verset avec un commentaire analogue : « Hashem tsilekha » « Dieu est ton protecteur » mais le mot peut signifier « ton ombre » et transformer le verset. « Dieu est ton ombre » : L’ombre fait ce que l’homme fait. Ce que tu fais, Je le fais, comme ton ombre.

 

Il y a un Midrash très clair dont j’ai oublié la source, mais je vous end it l’idée : d’une certtaine manière Dieu en révélant Sa Torah se rend prisonnier de nous. Nous en faisons ce que nous en faisont, mais Il prend notre Neshamah comme prisonnière et ce que nous faisons à Sa Torah Il fait à notre Neshamah… C’est Midah kenegued Midah. C’est un principe très dur.

 

La 1ère occurence de Midah kenegued Midah se trouve dans une Souguiah très connue : la 1ère Sougiah du Perek ’Helek : « Midotav shel HQB’’H : midah kenegued midah »

 

J’ai entenud une fois d’un grand Rav ‘hassidique de Anvers, gendre du Rishon Letsion le Rav Ouziel, qui s’appellait le Rav Amiel. Il avait lu une Mishna des Pirqey Avot de manière extraordinaire :

דע מה למעלה ממך--עין רואה, ואוזן שומעת, וכל מעשיך בספר נכתבין

Daa mah lemaalah mimkha ayin roah, véozen shomaat, vékhol maasseikha besefer nikhtavim. « Sache ce qu’il y a au-dessus de toi, un oeil qui voit, une oreille qui entend et tout tes actes sont écrits dans un livre ».

Et à la fin de la vie on compare le livre de la vie au livre de vérité et on juge. Il traduisait cela comme ça :

Daa mah lemaalah, mimkha.

Sache ce qu’il y a plus haut cela vient de toi.

C’est Midah Kenegued Midah.

 

Verset 12 :

On arrive à la Séoudat Ytro :

 

וַיִּקַּח יִתְרוֹ חֹתֵן מֹשֶׁה, עֹלָה וּזְבָחִים--לֵאלֹהִים; וַיָּבֹא אַהֲרֹן וְכֹל זִקְנֵי יִשְׂרָאֵל, לֶאֱכָל-לֶחֶם עִם-חֹתֵן מֹשֶׁה--לִפְנֵי הָאֱלֹהִים

Vayika’h Yitro khoten Mosheh olah ouzvachim l'Elohim

Et Yitro beau-père de Moïse a pris des sacrifices et des holocaustes pour Elohim

vayavo Aharon vekhol zikney Yisra'el

Et Aharon et tous les anciens d’Israël vinrent

le'ekhol-le’hem im-khoten Mosheh lifney ha'Elohim.

Pour manger du pain (festoyer) avec le beau-père de Moïse devant Elohim.

 

C’est cette Séoudah là qui est commémoré dans la Seoudat Yitro ou Mosheh

Très rapidement, en ce qui concerne ce Minhag qu’il y a dans toutes les communautés de Tunisie : Je l’ai appris d’un rabbin tunisien d’aillleurs qui a expliqué qu’il n’y a pas très longtemps, il y a encore quelques années, il y a eu une épidémie mystérieuse qui ne frappait que les garçons. Et cette épidémie s’est arrêtée le jour de Sioum qui a été fixé ensuite comme la fête des garçons. Et si je me souviens bien, on prépare la maison comme une maison de poupées avec de petites chaises et petites tables..etc. et ce sont les garçons qui servent le repas. C’est le folklore qui risque d’envahir la tradition. En fait la tradition c’est Séoudat Yitro Mosheh.

 

Le passage qui suit c’est lorsque Jethro assiste à la manière dont Moïse juge le peuple et c’est là qu’il va lui conseiller d’organiser la hiérarchie dans la société d’Israël.

 

Yitro 18:1

וַיִּשְׁמַע יִתְרוֹ כֹהֵן מִדְיָן, חֹתֵן מֹשֶׁה, אֵת כָּל-אֲשֶׁר עָשָׂה אֱלֹהִים לְמֹשֶׁה, וּלְיִשְׂרָאֵל עַמּוֹ:  כִּי-הוֹצִיא יְהוָה אֶת-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם

Vayishma Yitro khohen Midyan khoten Mosheh et kol-asher asah Elohim le-Moshe ule-Yisra'el amo ki-hotsi Adonay et-Yisra'el miMitsrayim.

 

Vayishma Yitro khohen Midyan

Et Jéthro, prêtre de Midian entendit…

 

Vayishma Yitro khohen Midyan khoten Mosheh

Et a entendu (compris) Yitro,  prêtre de Midian beau-père de Moïse

et kol-asher assah Elohim

tout ce qu’a fait Elohim (Dieu en tant que Créateur du monde et donc garant des loi de la nature). Tout ce que Dieu Elohim a fait

le-Moshe ouleYisra'el amo

à Moïse et à Israël son peuple

ki-hotsi Hashem et-Yisra'el miMitsrayim.

Lorsque Hashem a fait sortir Israël d’Egypte.

 

Rashi :

וַיִּשְׁמַע יִתְרוֹ

מַה שְּׁמוּעָה שָׁמַע וּבָא קְרִיעַת יַם סוּף וּמִלְחֶמֶת עֲמָלֵק

Vayishma Yitro

Mah Shmouah Shamaa ouba ? Qriat Yam Souf ouMil’hamat Amaleq.  

Quelle nouvelle a-t’il entendu dire et il est venu ?

 

On comprend d’après le verset que s’il est venu joindre Moïse c’est parce qu’il avait entendu quelque chose, ce que dit la Torah que Dieu avait fait pour Moïse et Israël. Quoi en particulier ? Rashi cite une source du Talmud sans la citer entièrement.

 

La source est Zeva’him 116a :

 

Qu’est-ce qu’il a entendu comme nouvelle... [(et il est venu se convertir) partie non citée par Rashi]  Rabbi Yehoshouah : Il a entendu la guerre d’Amaleq.

 

Je rappelle l’épisode : Après la sortie d’Egypte, Amaleq s’est jeté sur Israël sortant d’Egypte. On imagine la difficulté pour un peuple quittant l’esclavage. Il s’est jeté sur les trainards. Et alors Moïse a demandé à Josué de mener la guerre contre Amaleq : c’est le début d’une guerre qui ne se terminera qu’à la fin des temps. Cette guerre met en évidence Amaleq, profil d’identité qui est l’anti-Israël absolu.

Cela commence par ce fait-là : c’est quand Israël est en faiblesse, qu’Amaleq se jette sur lui. Je me demande sur on n’est pas en train de vivre un épisode assez analogue. Il s’est jeté sur les trainard du camps qui quittait l’Egypte. Quand Jéthro a compris qu’Israël a pu être plus fort que Amaleq, alors il a compris que Dieu intervient pour Israël.

 

C’est une des premières expériences qui lui a fait pressentir qu’il y a quelque chose d’autre que les lois naturelles. Parce que selon les lois naturelles, Amaleq aurait été plus fort qu’ISraël. De la même façon que selon les lois naturelles, les pays de la ligue arabe auraient été plus forts qu’Israël et auraient du empêcher l’existence de l’Etat d’Israël, ils s’y emploient d’ailleurs, mais enfin c’est à ce niveau-là que l’on peut le comprendre...

 

Voilà une première expérience. Et on cite un verset à ce sujet. Le fait qu’Israël ait pu affaiblir Amaleq.

 

Je le rappelle très brièvement, la figure d’Amaleq est celle de celui qui veut détruire et remplacer Israël. Il y a des ennemis qui veulent détruire Israël sans le remplacer. Il y a des ennemis qui veulent remplacer Israël sans le détruire. Mais Amaleq est l’ennemi qui veut et détruire et remplacer Israël.

Voyant Israël capable de surmonter cela dans les moments critiques de fin d’exil, alors Jéthro se dit qu’il se passe quelque chose d’autre. Il est revenu chez Moïse pour avoir des explications...

 

On pourrait se dire au fond que ce qui explique ce courant de conversions vers Israël dans les dernières générations est un peu du même ordre : des âmes qui n’étaient pas d’Israël ont perçu qu’il se passe quelque chose dans l’histoire d’Israël qui dépasse l’entendement habituel. Beaucoup viennent nous dire : « nous savons que Dieu est avec vous, nous ne savons pas ce que cela veut dire mais on sait au moins cela, et on veut être avec vous car le bon Dieu est avec vous...  »

Ce qui pose problème ce n’est pas le nombre de Goyim qui ont perçu cela mais le nombre de Juifs qui ne le perçoivent pas.

 

Rabbi Eliezer : il a entendu la révélation du Sinaï et il est venu...

 

Objection : Elle n’a pas encore eu lieu ! Comment Rabi Eliezer peut-il dire qu’il a entendu la révélation du Sinaï, cette théophanie dont on a parlé au début du cours. On a l’habitude de répondre : La règle selon laquelle la Tora n’a pas été écrite selon un ordre chronologique – « Ein mouqdam ou-meou’har ba-Tora » - est donnée dans la Guémara (Pessa‘him 6b et Sanhédrin 49b)

Cela veut dire que la Torah peut nous raconter un événement avant un autre qui lui est antérieur dans l’ordre chronologique réel.

Par exemple ici : Jéthro serait venu après la Matan Torah, ce qui est d’ailleurs très vraisemblable puisque les conseils qu’il donne à Moïse ont leur place après le Matan Torah ! Mais malgré tout on peut aussi les situer avant le Matan Torah ! 

 

Et pourtant, pour Rabbi Eliezer : Jéthro a entendu parler du Matan Torah et il est venu.... 

 

On voit la difficulté d’exégèse.

C’est la raison pour laquelle Rashi ne va pas citer son opinion, parce qu’il suit la suite du texte. En même temps qu’il ne cite pas cette opinion, on enlève le mot venitgayer. Rashi ne dit pas qu’il est venu se convertir. Cela doit être lié. On peut quand même répondre que même avant le Maamad Har Sinaï malgré tout, cette nouvelle que Dieu a révélé Sa loi a commencé. Parce que même avant le Maamad Har Sinaï il y a eu des Mitsvot qui ont été révélées à Israël. Mais en fin de compte d’après la Guémara elle-même il s’agit vraiment du Maamad Har Sinaï. Donc il y a un problème avec l’enseignement de Rabbi Eliezer. Je vous lis la manière dont le Talmud l’explique :

 

« Parce que lorsqu’a été donnée la Torah à Son peuple Israël, Sa voix allait d’un bout du monde à l’autre »

 

Par conséquent, le monde entier a pris acte de cela : Dieu se révèle à Israël.

Et alors si Dieu se révèle à Israël il y a autre chose que simplement le niveau Elohim, et Jéthro est privilégié pour découvrir le niveau de la révélation de Hashem.

 

Alors que Rabbi Eliezer ben Yaaqov dit : il a entendu Qriat Yam Souf

Il y a une intervention contre le déterminisme des lois de la nature.

 

Retour à Rashi :

Rashi met en évidence 2 de ces 3 enseignements : le passage de la mer rouge et la guerre de Amaleq. Cela signifie bien évidemment que Jéthro prend acte qu’il y a une intervention de Dieu au-delà des lois de la nature de deux manières :

ð  Au niveau de la nature,

ð  dans la lutte des hommes entre eux.

L’exemple de l’histoire d’Israël qui reste mystérieuse pour tout ceux qui l’étudient, historiens, sociologues, politologues, polémologues (sciences des conflits)… 4000 ans d’existence et Israël a pu traverser toutes les difficultés d’existence. On finit par le dévoiler. A une époque, il était indécent de citer les Juifs. On ne parlait jamais des sources juives de la culture contemporaine, tel Maïmonide ou autres. Un de mes professeurs de philosophie citait Duns Scot et ce que je savais repris de chez Maïmonide bien antérieur. Je le signale et la réponse indignée : « on ne parle pas de Maïmonide à l’université française... » Un très grand philosophe W. Jankélévitch citait la bible mais dans sa traduction grecque. Jamais en hébreu car il la connaissait par cœur en grec. Mais c’était un grand juif.

 

Lors de la guerre d’Amaleq on dévoile cela : normalement Amaleq devrait être plus fort, mais ce n’est pas le cas.  Normalement on ne peut pas traverser la mer rouge...

 

Il nous reste le mystère de Matan Torah et pourquoi Rashi ne l’a pas cité, obligeant à enlever le mot suivant lequel Jéthro est venu et s’est converti. Or, ce mot est dans le Talmud mais pas dans Rashi.

Or, Jéthro s‘est converti, mais à la fin, il va quitter Israël et rejoindre son peuple.  

 

Dans le Talmud, une prophétie qui en fin de compte d’une manière ou d’une autre se réalise de notre temps. Il y a quand même une alliance entre les Druzes et Israël, quelque soit les difficultés et elles sont nombreuses. Les gouvernements israéliens, semble-t’il tous, n’ont jamais accordé suffisamment de valeur à la fidélité des Druzes par rapport à l’Etat d’Israël. Ce qui fait que beaucoup de Druzes louchent du côté des Arabes, mais malgré tout les Druzes, et bien qu’étant tous deux musulmans mais de théologie différente – les Druzes ont une religion de l’islam à eux. Malgré tout les Druzes ont témoigné un attachement au peuple d’Israël qu’on ne trouve dans aucun autre peuple.

 

Midrash :

Les 3 sages présents à la cour du Pharaon, lorsque la fille de Pharaon y avait emmené Moïse enfant qui, sur les genoux du Pharaon, lui a ôté sa couronne, les conseillers lui ont dit : cet enfant va te détrôner. Il y avait une ancienne prophétie chez eux que le Pharaon serait détrôné par un enfant, raison pour laquelle ils jetaient tous les enfants dans le Nil. 

Pharaon répond : mais ce n’est qu’un enfant !

 

Histoire d’un Rav :

Dans le Sefer Maassiot (dans chaque grande Yeshivah les élèves écrivent les événements de la vie du grand maître)

Une fois on lui amena son petit fils sur ses genoux, et celui-ci lui tira la barbe. Le fils qui était très pieux a frappé le petit fils en lui faisant des remontrances. Le maître lui a répondu mais c’est un petit bébé, de quoi parles-tu ?

 

Midrash :

Les 3 sages présents sont Itro, Iyyob, Bilaam.

Ytro a dit: si cet enfant vient de Dieu tu ne peux rien contre lui.

Sa récompense c’est que ses descendants siégeront au Sanhédrin.

Bilaam a dit : il faut le tuer !

Il est mort de mort violente.

Et Job qui s’est tu : il fut puni de souffrances…

 

Je reprendrais ce thème des trois sagesses à la naissance de Moïse.

 

Ces 3 sagesses étant la sagesse de l’empire de Pharaon. La sagesse de Job, de Jéthro et de Bilaam.

Il y a une Guémara qui dit que Moïse a été capable de la prophétie de Iyyob, de Bilaam, de Ytro....

 

Il est évident qu’il y a chez les Druzes quelques chose de mystérieux dans cette alliance avec Israël, d’autant plus que les Druzes ont été convertis de force à l’Islam et sont donc musulmans. Mais en fait, indépendamment de Mahomet, ils ont comme prophète Jethro et s’en considèrent les descendants. Or, chez les Druzes : il y a des choses très analogues, en particulier le fait que ils ont aussi une tradition secrète suivant laquelle les Druzes n’ont le droit d’étudier qu’à l’âge de 40 ans. (d’âge mental). Ils ne parlent jamais de leur tradition secrète qui est basée sur ce qu’on appelle dans la Torah : Torat HaGuilgoulim – les réincarnations. Cela existe chez les Druzes de manière très intense et très parallèle à l’enseignement de la Qabalah. Cela existe aussi dans d’autres traditions mais il est frappant de voir que c’est un thème fondamental chez les Druzes. On avait l’habitude à Séoudat Yitro-Mosheh d’inviter un Druze de l’honneur de Yitro.

 

La leçon de Yitro :

 

On est frappé de cela quand Ytro voit que Moïse est seul à juger le peuple, il lui conseille d’installer une hiérarchie par dizaine, par centaine, par milliers, et installer des chefs de hiérarchies. C’est tellement élémentaire que c’est étonnant : c’est le système de patrouilles scoutes : Baden Powell en Yitro expliquant à Moïse le système des patrouilles...

 

C’est qu’au fond la révélation de Moïse est destinée à la société d’Israël du monde à venir, Moïse est venu comme libérateur absolu de toutes les aliénations. Par conséquent, sa vision de la société c’est l’anarchie des consciences libre. Il est un anarchiste total dans le sens libertaire absolu au-delà de tout ce qu’on peut apprendre des mouvements anarchistes qui eux sont terroristes.

 

En réalité, l’idéal est la libération de toute aliénation. Et il faut que Jéthro le fasse redescendre sur terre. Il vient pour libérer les esclaves mais cette libération des esclaves c’est la libération totale. Sa société est un contrat social des consciences libres. Et voilà qu’il faut pour cette société appelée «Mamlekhet Kohanim » des rois et des prêtres ?

 

Cela va rester dans toutes les générations : Moïse venant dire : vous êtes libres et personne n’est supérieur l’un à l’autre ! Et pourtant il va être obligé d’installer une hiérarchie.

 

Il aura le peuple contre lui et à la tête de cette révolte Qora’h reprenant précisément l’enseignement de Moïse : tous sont saints, pourquoi voulez vous installer Aharon pour la prêtrise et Moïse pour la royauté ? Ce royaume de prêtres aurait des rois et des prêtres ? C’est contradictoire !

 

Moïse est le libérateur absolu. Dès qu’Israël va rentrer dans une histoire de fonctionnement social, Moïse va quitter Israël pour revenir à la fin des temps. Il reviendra quand nous rentrerons avec lui dans le monde à venir, Moïse à la tête d’Israël, parce qu’il est le libérateur de toutes les aliénations.

Et donc chaque fois que Dieu lui transmet des lois concernant les hiérarchies, les prêtres et les rois, cela résiste. On a besoin d’Aharon pour comprendre la hiérarchie des prêtres et de Jéthro pour comprendre la hiérarchie royale.

 

Il faut comprendre qui est Moïse le libérateur pour comprendre qu’il est complètement démuni lorsqu’il faut s’occuper des choses terrestres : l’organisation du culte ou l’organisation de la municipalité. Pour ces deux catégories, il a besoin de Aharon et de Jéthro.

Moïse est comme l’albatros de Baudelaire.

 

La semaine prochaine : La question du Sinaï en introduction de la Parashah de Mishpatim.

 

< fin > 

****

Partager cet article

Repost 0
Published by Rav Yéhouda Léon Ashkénazi (Manitou). - dans PARASHAT HASHAVOUA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche