Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 14:55

ITRO (1984) suite & fin.


.../...

19:4

 וָאֶשָּׂא אֶתְכֶם עַל-כַּנְפֵי נְשָׁרִים, וָאָבִא אֶתְכֶם אֵלָי

va'esa etkhem al-kanfey nesharim va'avi etkhem elay.

Je vous ai porté sur les ailes des aigles et Je vous ai monté vers Moi…

 

19:5

וְעַתָּה, אִם-שָׁמוֹעַ תִּשְׁמְעוּ בְּקֹלִי, וּשְׁמַרְתֶּם, אֶת-בְּרִיתִי--וִהְיִיתֶם לִי סְגֻלָּה מִכָּל-הָעַמִּים, כִּי-לִי כָּל-הָאָרֶץ

Ve'atah im-shamoa tishme'ou bekoli

Et maintenant si vous écoutez Ma Voix

oushmartem et-briti

Et vous observez Mon alliance

viheyitem li sgoulah mikol-ha'amim

Vous serez pour Moi la meilleure part de tous les peuples

Segoulah veut dire simultanément la meilleure part et la mise à part.

ki-li kol-ha'arets

Car toute la terre est à Moi.

 

On voit l’indication du projet universel de l’histoire d’Israël.

 

19:6

וְאַתֶּם תִּהְיוּ-לִי מַמְלֶכֶת כֹּהֲנִים, וְגוֹי קָדוֹשׁ:  אֵלֶּה, הַדְּבָרִים, אֲשֶׁר תְּדַבֵּר, אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל

Ve'atem tiheyou-li mamlekhet kohanim vegoy kadosh

Et quant à vous vous serez pour Moi un peuple de prêtres et une nation sainte

eleh hadevarim asher tedaber el-beney Yisra'el.

Voici les paroles que tu raconteras aux Bnei Israël.

 

Je reprends une étude que nous avons faite sur un texte important du Rav ’Harlap :

Il y a là 2 expressions :

ð  Mamlekhet Kohanim = la vocation d’Israël par rapport à l’universel humain. Une royauté de prêtres signifie les prêtres des autres nations. Nous allons être empêchés de cela jusqu’à la fin des temps, les temps messianiques. 

ð  Végoy Qadosh= « une nation sainte », définit Israël pour lui-même.

 

Jusque-là on ne connait pas la suite, il ne s’agit pas du tout encore des dix commandements. Il y a un message que Dieu charge Moïse de présenter aux enfants d’Israël et qui va frapper les enfants d’Israël de perplexité. Jusque-là ils n’avaient pas encore reçu de Torah, leur tradition était celle transmise par les Patriarches : l’histoire d’Israël a un sens privilégié et cela finira par se dévoiler, et dans cette signification-là il y a l’étape de l’exil.

 

Jusque-là c’était la foi des Hébreux avant la sortie d’Egypte sous la conduite de Moïse.

Ceux qui sont restés fidèles à cette foi, cette confiance que ces promesses de la fin de l’exil s’accompliraient ont suivi Moïse parce que ils ont aussi été capables de diagnostiquer avec Moïse que c’était bien le temps de l’accomplissement des promesses.

 

Ils n’avaient encore jamais entendu parler d’une Torah.

La foi d’Israël jusqu’à la sortie d’Egypte consistait en la Guéoula : la fin de l’exil, la délivrance de l’exil et le retour au pays des Patriarches. Et voilà que Moïse est chargé de leur dévoiler un message auquel ils ne s’attendent pas encore, sauf la tribu de Lévi nous dit le Midrash qui elle était au courant.

 

La tribu de Lévi en Egypte-même était déjà à part des autres tribus. Elle n’a pas fait partie de l’esclavage comme les autres tribus. C’était en quelque sorte la tribu des Talmidei ‘Hakahmim.

A part une élite du peuple qui était dans l’intimité de ces promesses aux Patriarches - la sagesse de la foi hébraïque jusque-là - l’ensemble du peuple entend le message de Moïse dans une perplexité absolue.

 

A partir du moment où des promesses concernant une histoire nationale s’accomplissent, il y a à la clef une mission de portée universelle : il faut changer de niveau et changer de registre...

 

19 :7

וַיָּבֹא מֹשֶׁה, וַיִּקְרָא לְזִקְנֵי הָעָם; וַיָּשֶׂם לִפְנֵיהֶם, אֵת כָּל-הַדְּבָרִים הָאֵלֶּה, אֲשֶׁר צִוָּהוּ, יְהוָה

Vayavo Moshe vayikra lezikney ha'am

Et Moïse vint et convoqua les anciens du peuple

 [Les dépositaires des traditions de la foi d’Israël en Egypte : la fidélité aux Avot]

vayassem lifneyhem et kol-hadevarim ha'eleh

Il plaça devant eux toutes ces paroles

asher tsivahou Adonay

Que Hashem avait ordonné

 

Un verset important :

 

וַיַּעֲנוּ כָל-הָעָם יַחְדָּו וַיֹּאמְרוּ, כֹּל אֲשֶׁר-דִּבֶּר יְהוָה נַעֲשֶׂה; וַיָּשֶׁב מֹשֶׁה אֶת-דִּבְרֵי הָעָם, אֶל-יְהוָה

19 :8

Vaya'anou khol-ha'am

Et le peuple tout entier a répondu

Ya’hdav

Ensemble

vayomerou

Et ils ont dit :

kol asher-diber Adonay na'asseh

Tout ce que Hashem a dit / dit / dira  nous ferons

[La forme verbale de Diber a les 3 sens simultanés]

vayashev Moshe et-divrey ha'am el-Adonay

Et Moïse rapporta les paroles du peuple à Hashem.

 

Nous avons l’habitude d’entendre ce verset comme le mérite de l’acceptation de ce que Dieu demande d’Israël. Ce verset sera toujours imputé en mérite à la génération de la sortie d’Egypte.

 

Moïse vient leur dire au nom de Dieu leur vocation, leur fonction et ils répondent non pas oui ou non mais tout ce que Hashem dit nous le ferons. C’est un grand mérite. Quoique si c’est vraiment Dieu qui demande, est-ce un mérite d’accepter ? Mais c’est un mérite d’être celui qui accepte d’entendre ce que Dieu dit. Il faut d’abord se préparer à cela. A partir du moment où l’on sait que c’est Dieu qui parle lorsque c’est Moïse qui parle, où est le mérite d’accepter ?

Le mérite réside dans le fait de se mettre dans le cas d’avoir à être interpelé.

 

Tout ce que Dieu dit nous ferons : pas simplement ce que tu viens de nous dire toi Moïse dont on n’a jamais entendu parler. Autrement dit : « Si Dieu veut nous dire cela qu’Il nous le dise ! »

Parce que c’est tellement différent de ce à quoi ils étaient jusqu’à présent habitués qu’ils sont en pleine perplexité. Jusque-là il y avait une religion d’Israël qui consistait en ce que nous appelons dans les termes contemporains le sionisme. Le sionisme  est une foi que l’exil prend fin et que l’on entre dans le pays des Avot, Abraham, Isaac, et Jacob, En vue de quoi ? On verra bien, mais c’est de construire le Beit Hamiqdash. Mais pour construire le Beit Hamiqdash il faut bien une Torah mais c’est la Torah d’Erets Israël et non celle du Sinaï. Jusque-là ce n’est pas la religion d’Israël.

 

Voilà que ce même Moïse qui a accompli la messianité de la 1ère phase de la religion d’Israël, arrive pour annoncer la mission universelle avec la Torah à la clef.  Un nouveau testament.

 

Le peuple réagit : Si Dieu veut un nouveau testament qu’Il vienne nous le dire Lui-même !

Cela a été imputé au mérite d’Israël : un peuple qui ne laisse pas dire n’importe quoi, même par ses propres pères !

 

Petite parenthèse pour éclairer cela :

Dieu dit à Moïse : « Je vais détruire ton peuple parce que c’est un peuple à la nuque raide » et Moïse répond : Sauve Ton peuple, parce que c’est un peuple à la nuque raide »

Que signifie ce dialogue ?

Dans le verset où Dieu parle c’est un peuple qui dit non, alors il dit non à tout et par conséquent Il veut le détruire ayant besoin d’un peuple qui disent oui une fois.

Mais Moïse demande à Dieu qu’Il le sauve au nom même de cette qualité : un peuple qui sait dire non à tout ce qui n’est pas la vérité...

Le danger est de dire non lorsqu’il faut dire oui, mais le mérite est précisément de dire non quand il le faut, et pour cela il faut savoir dire non.

D’où la problématique très fine d’Israël : quand faut-il dire oui ou non ?

 

L’expression « peuple à la nuque raide » - Am qashe oref - cela veut dire que le peuple juif est un  peuple entêté et il refuse l’enseignement qu’on lui donne. C’est l’attitude dure de ce peuple par rapport à l’enseignement de ses Prophètes. Cet argument de l’entêtement du peuple juif est utilisé contre les Juifs par les non-Juifs. Moïse plaide en arguant que c’est une qualité.

Le fait d’être capable de dire non, même quand il faudrait dire oui, assure au moins qu’on dira non, lorsqu’il faudra dire non.

 

Ex. : que l’on est capable de dire non aux idoles, même si on n’est pas encore capable de dire oui au vrai Dieu. Au moins on est capable de dire non aux idoles...

 

Je connais beaucoup d’intellectuels juifs complètement athées surtout en France. Ne connaissant pas l’hébreu ni leur source d’identité propre, le fait d’être croyant s’exprime dans les catégories chrétiennes. Ils choisissent alors d’être athées. C’est le stade d’Abraham disant non aux idoles avant de recevoir la révélation monothéiste. On ne peut pas ne pas impliquer comme mérite, le fait d’être capable de cela : ne pas être chrétien ! 

 

Le contexte du verset s’explique dans cette manière de lire que nous venons de voir, « ce que Dieu dira nous ferons... »

 

19:8

וַיַּעֲנוּ כָל-הָעָם יַחְדָּו וַיֹּאמְרוּ, כֹּל אֲשֶׁר-דִּבֶּר יְהוָה נַעֲשֶׂה; וַיָּשֶׁב מֹשֶׁה אֶת-דִּבְרֵי הָעָם, אֶל-יְהוָה

Vaya'anou khol-ha'am

Et le peuple tout entier a répondu

Ya’hdav

ensemble

vayomerou

et ils ont dit :

kol asher-diber Adonay na'asseh

tout ce que Hashem a dit / dit / dira  nous ferons

vayashev Moshe et-divrey ha'am el-Adonay

et Mosheh a rapporté les paroles du peuple vers Hashem

 

19:9

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-מֹשֶׁה, הִנֵּה אָנֹכִי בָּא אֵלֶיךָ בְּעַב הֶעָנָן, בַּעֲבוּר יִשְׁמַע הָעָם בְּדַבְּרִי עִמָּךְ, וְגַם-בְּךָ יַאֲמִינוּ לְעוֹלָם

Vayomer Adonay el-Moshe

Et Hashem dit à Moïse

hineh anokhi ba eleycha be'av he'anan

voici Je viens vers toi dans le nuage de la nuée

[dans l’opacité du nuage qui sert d’écran car la lumière qu’ils ne sont pas encore capable de recevoir les brulerait...]

ba'avur yishma ha'am bedabri imakh

afin que le peuple M’entende te parler

 vegam-bekha ya'aminou le'olam

Et que même en toi ils aient foi à jamais.

 

Le verset est très clair : Dieu a très bien compris ce que le peuple voulait dire : nous voulons que Dieu Lui-même le dise... C’est pourquoi Dieu dit ici à Moïse : répond à la demande du peuple : puisqu’il en est ainsi, Je vais Moi-même Me révéler a eux en les protégeant de telle sorte qu’ils M’entende te parler et qu’ils aient foi en toi.. 

 

Cela signifie que jusque-là ils n’avaient pas foi en lui ! 

 

Dans l’expression précédente, lorsque le peuple a dit : « ce que Dieu dira nous le ferons » cela voulait dire « et non pas ce que Moïse nous demande qui nous apparait comme trop nouveau ! » Est-ce que c’est vrai que Dieu t’as dit une chose pareille ?

 

וַיַּגֵּד מֹשֶׁה אֶת-דִּבְרֵי הָעָם, אֶל-יְהוָה

vayaged Mosheh et-divrey ha'am el-Adonay.

Et Moïse expliqua les paroles du peuple à Dieu.

 

Les Midrashim, que cite partiellement Rashi d’ailleurs, disent qu’ici Moïse plaide pour le peuple : Ce n’est pas qu’ils m’ont refusé, mais ils préfèrent t’entendre Toi...

Midrash : « Nous voulons voir le Roi et non pas seulement l’envoyé du Roi ».

Un autre Midrash : « Si on est demandé en mariage, on veut voir le fiancé ».

 

Il est évident à partir de maintenant que la révélation du Sinaï avait pour cause immédiate la difficulté pour Israël sorti d’Egypte de jouer et de remplir déjà le rôle d’Israël.

 

Cf verset 5-6 du chapitre 19 :

 

19:5

וְעַתָּה, אִם-שָׁמוֹעַ תִּשְׁמְעוּ בְּקֹלִי, וּשְׁמַרְתֶּם, אֶת-בְּרִיתִי--וִהְיִיתֶם לִי סְגֻלָּה מִכָּל-הָעַמִּים, כִּי-לִי כָּל-הָאָרֶץ

Ve'atah im-shamoa tishme'ou bekoli

Et maintenant si vous écoutez Ma Voix

oushmartem et-briti

Et vous observez Mon alliance

viheyitem li sgoulah mikol-ha'amim

Vous serez pour Moi la meilleure part de tous les peuples

ki-li kol-ha'arets

Car toute la terre est à Moi.

 

19:6

וְאַתֶּם תִּהְיוּ-לִי מַמְלֶכֶת כֹּהֲנִים, וְגוֹי קָדוֹשׁ:  אֵלֶּה, הַדְּבָרִים, אֲשֶׁר תְּדַבֵּר, אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל

Ve'atem tiheyou-li mamlekhet kohanim vegoy kadosh

Et quant à vous vous serez pour Moi un peuple de prêtres et une nation sainte

eleh hadevarim asher tedaber el-beney Yisra'el.

Voici les paroles que tu raconteras aux Bnei Israël.

 

C’est parce que le peuple n’est pas encore préparé à ce « nouveau testament » qu’il a été nécessaire que Dieu descende sur la montagne du Sinaï, protégeant le peuple par un nuage pour que le peuple écoute que c’est vraiment Dieu qui parle à Moïse et puisse avoir foi en Moïse dans cette chose nouvelle pour eux qu’il doit leur transmettre : ce n’est pas tellement la sortie d’Egypte mais Erets Israël et la mission de « מַמְלֶכֶת כֹּהֲנִים, וְגוֹי קָדוֹשׁ Mamlekhet Kohanim VéGoï Qadosh ».

 

[Dans l’ancien français ce mot de « testament » avait le sens de « témoignage », par exemple le verbe tester est resté dans le langage juridique. Ce n’est que récemment que testament a pris le sens de dernier vœu du mourant...]

 

Nous avons donc ici le dévoilement de quelque chose d’inattendu.

Il y a une cause immédiate du Maamad Har Sinaï dans la révélation des 10 commandements c’est le fait d’habiliter cette 2ème mission de Moïse qui se dévoile à Israël. Sa 1ère mission a été de les faire sortir d’Egypte et cela a été très difficile. Et en fin de compte, ce n’est qu’après le passage de la mer rouge que le verset de Beshala’h dit : qu’en fin de compte ce peuple sorti d’Egypte a fini par avoir foi en Dieu et en Moïse qui les a fait sortir d’Egypte.  

 

Beshala’h 14:31:

וַיַּרְא יִשְׂרָאֵל אֶת-הַיָּד הַגְּדֹלָה, אֲשֶׁר עָשָׂה יְהוָה בְּמִצְרַיִם, וַיִּירְאוּ הָעָם, אֶת-יְהוָה; וַיַּאֲמִינוּ, בַּיהוָה, וּבְמֹשֶׁה, עַבְדּוֹ

Vayar Yisra'el et-hayad hagdolah asher assah Adonay beMitsrayim vayir'ou ha'am et-Adonay vaya'aminou b'Adonay ouveMosheh avdo.

Ils eurent foi en Hashem et en Moïse son serviteur

 

En fin de compte ce peuple sorti d’Egypte a fini par avoir foi en Dieu et en Moïse qui les a fait sortir d’Egypte. Dans la première étape on a disputé Moïse sur l’objet même de sa première mission : le temps de mettre fin au temps de l’exil.

 

Et voilà que même Moïse va dévoiler une deuxième mission : indépendamment de la sortie d’Egypte, il y a la Torah. Et alors, c’est un fait nouveau, inouï. C’est pourquoi il a fallu que Dieu se révèle, pas seulement pour donner la Torah à Israël, c’est Moïse qui va la donner, parce qu’Israël n’est pas encore capable de l’entendre de Dieu lui-même.

 

Lorsque Dieu commence à parler, le peuple intervient pour dire à Moïse si nous continuons à entendre nous mourrons, alors toi parle et dis nous ce que Dieu t’a dit...

Les 2 premiers commandements sont été entendus de la bouche même de Dieu et les 8 autres ont été entendus de Moïse lui-même.

 

Un enseignement à ce sujet :

Il y a 613 commandements dans la Torah = 611 + 2 entendus directement de Dieu = 613.

 

Résumé de l’analyse :

Moïse est d’abord chargé de transmettre à Israël toute la Torah en 2 versets.

Vous avez l’expérience de l’histoire et vous serez pour Moi le peuple des prêtres...

Alors le peuple demande que ce soit légitimisé par Dieu, alors il y a eu la révélation du Sinaï.

La raison de la révélation du Sinaï était d’habiliter Moïse. Et c’est Moïse qui donne la Torah.

 

Q. inaudible.

R: Le verset de Shémâ Israël implique

Shema Israël Hashem Eloheinou Hashem E’had.

Moïse qui s’adresse à Israël dans le livre de Devarim pour dire :

Ecoute - prend garde – entend - Israël, Hashem qui est notre Dieu, à toi Israël et à moi Moïse, Hashem E’had, c’est le même Dieu !

 

Regardez comment continue le verset du Qriat Shema .../...

 

 < fin >

****

Partager cet article

Repost 0
Published by Rav Yéhouda Léon Ashkénazi (Manitou). - dans PARASHAT HASHAVOUA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche