Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:03

Hanouka – La notion de miracle – 3ème partie

 

Hanouka – La notion de miracle – 3ème partie

 

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/fetes_et_calendrier/hanouka_et_la_notion_de_miracle/cours_1

Durée : 26,7 minutes
Face C

 

…/…

וַיֹּאמֶר, לְכִי שַׁאֲלִי-לָךְ כֵּלִים מִן-הַחוּץ, מֵאֵת, כָּל-שכנכי (שְׁכֵנָיִךְ)--כֵּלִים רֵקִים, אַל-תַּמְעִיטִי

Il dit : Va et demande pour toi des Kélim des vases vides au dehors, chez tous tes voisins, des vases vides, mais pas en petit nombre.

 

Il  y aura autant de miracle qu’il y aura de Kélim. Vous voyez donc que la racine du miracle c’est le Kélim.

 

                      וּבָאת, וְסָגַרְתְּ הַדֶּלֶת בַּעֲדֵךְ וּבְעַד-בָּנַיִךְ, וְיָצַקְתְּ, עַל כָּל-הַכֵּלִים הָאֵלֶּה; וְהַמָּלֵא, תַּסִּיעִי

Tu viendras tu fermeras la porte sur toi et sur tes enfants, et tu verseras de cette huile sur tout les Kélim et tu mettras ceux qui sont déjà pleins de côté.

 

On voit déjà dans le détail même du récit que cela nous renvoie à un vocabulaire que reprendront les Kabalistes part la suite pour dire que lorsque Dieu a créé le monde, Il a d’abord créé des Kélim et il y a déversé la lumière. Si on ne dispose pas du Kéli approprié pour que vienne l’influx que représente le miracle, cet influx ne vient pas. Encore une fois, un récit de ce type pour illustrer ce qu’on a appris avec le Maharal évacue toute notion de caprice d’arbitraire dans cette notion de miracle. Ce n’est pas n’importe quoi qui se passe, et cela ne se passe que là où le Kéli est approprié.

 

וַתֵּלֶךְ, מֵאִתּוֹ, וַתִּסְגֹּר הַדֶּלֶת, בַּעֲדָהּ וּבְעַד בָּנֶיהָ; הֵם מַגִּישִׁים אֵלֶיהָ, וְהִיא מיצקת (מוֹצָקֶת

Elle le quitta et elle ferma la porte sur elle et sur ses enfants. Et eux approchèrent des Kélim et elle versait.

וַיְהִי כִּמְלֹאת הַכֵּלִים, וַתֹּאמֶר אֶל-בְּנָהּ הַגִּישָׁה אֵלַי עוֹד כֶּלִי, וַיֹּאמֶר אֵלֶיהָ, אֵין עוֹד כֶּלִי; וַיַּעֲמֹד, הַשָּׁמֶן

Et il arriva, lorsque les Kélim furent pleins, elle dit à son fils apporte moi un Kéli encore, et il lui dit : il n’y a pas d’autre Kéli. Et l’huile s’arrêta.

 

C’est là où je voulais arriver. Quand il n’y a plus de Kélim cette huile s’arrête ! Et cette huile a cette capacité, si les événements le nécessitent, de faire ce qu’elle aurait dû être dans l’intention du Créateur. Nous sommes dans un monde où la volonté de Dieu finalement est Tsimtsoum, est dans sa plus grande économie. Nous avons peu de lumière dans beaucoup d’obscurité. Mais la Volonté du Créateur est que la lumière soit tout.

 

Qu’est-ce que cela qu’une goutte d’huile ne brûle que le temps d’une goutte d’huile ? L’huile qui brûle devrait brûler ! Pourquoi un seul instant ? Je veux dire que la véritable nature de l’huile se dévoile dans le miracle.

 

Je vous prends une formule habituelle de la prière : toute prière est d’une certaine manière une demande du miracle. L’état du monde d’après le fonctionnement du monde n’est pas supportable et la prière demande à Dieu un changement pour que le monde soit plus vivable. C’est ce qu’il y a derrière toute demande de prière. Avec la difficulté considérable de se mettre devant Dieu pour Lui dire que le fonctionnement de Son monde ne nous satisfait pas, et Lui demander de faire quelque chose. C’est énorme cette entreprise de la prière ! Il faut donc des conditions pour que l’entreprise même de la prière soit permise.

 

Telle est la formule de toute prière : « Que Ta Volonté se fasse ! »

Cela veut dire que lorsque j’ai obtenu ce miracle demandé c’est Sa Volonté qui s’est faite. Alors la vraie question c’est de savoir pourquoi elle ne se fait pas !

 

Nous sommes dans un monde que nous appelons le monde de la nature qui est un monde diminué dans l’ordre de la Volonté de Dieu. La Volonté de Dieu c’est que la lumière brille. Et non pas avec cette économie.

 

Cela veut dire que lorsque le miracle apparait c’est un peu du Monde à Venir qui vient dans ce Monde-ci. Et dans le Monde à Venir, il n’y a pas ce Tsimtsoum, cette diminution des choses.

 

Un des miracles invraisemblables : l’ânesse de Bilaam. La première fois que j’ai demandé au Rav Kook de nous expliquer un peu quelque chose là-dessus il nous a regardé en souriant en disant: « le problème n’est pas tant l’ânesse de Bilaam qui parle mais toutes les autres qui ne parlent pas ! »

 

A partir du momnent où l’on a compris que le monde que Dieu veut est le monde de l’abondance absolue, alors rien n’est invraisemblable dans cet ordre du miracle. Le vrai problème est ailleurs. C’est d’accepter de vivre ces choses que nous vivons, avec leur sens. Ce n’est plus le problème de l’invraisemblance des choses que le texte raconte, parce que trop anecdotique, ou trop arbitraire, ressemblant aux contes de fée ou de grand-mères…

 

Dans sa signification, ce miracle de la fiole d’huile, nos générations l’ont vécu. Il a fallu qu’une poignée tiennent le coup le temps qu’on prépare la récolte nouvelle. Alors c’est vrai à tous les niveaux. Il n’y a qu’à voir ce que la société israélienne représente après les dernières générations de l’histoire juive en Europe.

Qund vous entendez les discours officiels qui comparent les fondateurs du pays aux Makabim sachez qu’ils ne savent pas à quel point ce qu’ils disent est vrai. De leur temps ce miracle de la fiole d’huile s’est reproduit. On a pu faire ce qu’on a fait : ce qui est dit dans la prière de ‘Hanoukah : les nombreux aux mains des plus faibles…etc. 

 

Q: Quelle est la différence entre le Ness et la Hashga’ha ?

R: La Hashga’ha c’est la protection providentielle. Ce n’est pas nécessaire que cela se traduise par des miracles. Il peut y avoir des miracles dans l’ordre de la Hashga’ha mais cela n’est pas nécessaire. Le Ness c’est quand une loi de la nature est suspendue pour que la Hashga’hah intervienne. Il n’y a aucune chanche pour qu’une petite juive plaise à l’empereur de Perse. Or, c’est elle qui a trouvé grâce dit le texte, et c’est par là finalement que tous les autres fils de l’événements se sont tresssés pour arriver au résultat que les Juifs de Perse ont été sauvés des Amalécites.Aucune cohérence sociologique ne peut rendre compte d’un phénomène pareil.

Lorsqu’une règle de conditionnement joue au niveau du  phénomène socio-historique, le fait que l’empereur Assuérus mette sur le trône de Perse la reine Esther dans les conditions sociologiques de ce temps-là est une impossibilité. En ce temps-là, c’est impossible ! Or, c’est arrivé quand même ! C’est un miracle au niveau des lois sociologiques. Concernant le miracle au niveau physique, la suspension des lois déterministes est plus évidente. Mais il faut l’entendre aussi au niveau du conditionnement historique. C’est pourquoi tranquillement on va introduire le rappel de Pourim par Al Hanissim vé al hapourqane comme pour ‘Hanoukah.

 

Q : Pour le passage de la mer rouge ?

R : Les lois de la nature ont été suspendues.

J’ai entendu une fois d’un de mes maitres qui l’a dit très sérieusement : vous voulez savoir c’est quoi un rabbin miraculeux ? C’est un rabbin que c’est un miracle qu’il soit rabbin !

 

Q: inaudible

R: Dans un cours sur le fondement de l’induction : qu’est-ce qui peut m’assurer que les lois fonctionneront demain comme elles ont fonctionné hier ? L’habitude fait que les lois ont fonctionné jusqu’à aujourd’hui, que le soleil s’est levé du côté où il s’est levé me rend sûr que demain il se lévera de ce même côté… Mais je n’en sais rien à l’avance. Il y a un acte de foi qu’on appelle l’induction qui fonde le fonctionnement de la conscience scientifique. Il faut donc s’émerveiller de cela. Si on garde cette capacité d’émerveillement on reste plus familier à la notion de miracle. Ceci dit, si le soleil se lève de l’autre côté cela veut dire qu’une autre loi a joué, un autre Seder. C’est arrivé deux fois : au temps de Métoushéla’h et au temps de Josué.

Pour quelqu’un qui n’est pas au courant de ces Sédarim, ces ordres des choses, il dirait que c’est un miracle dans un sens magique mais c’est ce sens de miracle magique que je voulais précisément évacuer.

Un verset étudié à propos de l’annonce de la naissance d’Isaac à Sarah. Sarah rit et dans ce rire il y a 7 dimensions de rires : joie, émerveillement, doute…

Mais elle rit. Alors Dieu lui dit [Gn.18:14]:  

הֲיִפָּלֵא מֵיְהוָה, דָּבָר

Ha-itpalel Me-Hashem Davar?

Est-ce qu’une chose est trop merveilleuse pour Dieu?

Une autre lecture plus proche du texte hébreu a le sens suivant : est-ce que Dieu a besoin de faire un miracle pour intervenir ? C’est encore plus fort que le miracle. Si Dieu est Dieu, a-t’Il besoin de faire des miracles à la manière des magiciens ? Ce qui est interdit dans la tradition biblique c’est de croire aux miracles des magiciens. Or, la piété folklorique habituelle ne croit aux miracles qu’à la manières des magiciens ! C’est cela qu’il y a de grave. Si j’ose dire, la Bible ne nous fait croire que en des miracles normaux. Les miracles de la bible sont sains, alors ils sont saints.

 

Q : Les miracles de Moïse avec le bâton devenant serpent ?

R : C’est justement de cela que le texte du Maharal parle dans la suite. Il s’agit d’un bâton qui se transforme en serpent, et un serpent qui se retransforme en bâton. Apprenez autant qu’il faut les lois de l’évolution et vous verrez que à l’origine il y a des végétaux et ensuite des animaux. Le temps qu’il faut pour que dans le miracle il y a un catalyseur du temps. Il faut bien comprendre les choses au niveau où ces théologiens en parle. Ce n’est pas n’importe quoi qui est devenu un serpent, c’est un bâton ! Je vous donne des analogies sous forme de peinture surréaliste: si vous voyez les images suivantes :  une algue, une feuille de palmier,  une arrête de sardine, et le squelette de l’homme de l’homme préhistorique. C’est la même réalité mais il a fallu le temps. C’est la même chose. Il faut voir les choses à ce niveau-là. Un bâton est devenu serpent, ce n’est pas n’importe quoi qui est devenu un serpent.

 

Q : Dans ce passage se trouve une compétition avec les magiciens ?

R : Il y a un point du texte où l’on s’aperçoit que les magiciens sont capables de faire la même chose que Moïse. La réponse qui a été donnée est à deux niveaux. Premièrement, si la loi de la nature qui joue est levée elle l’est pour tous. Donc si Moïse par sa prière obtient qu’une loi de la nature soit levée pour que le signe se fasse, les magiciens le peuvent aussi. Mais il y a une différence. Ils peuvent déclencher la plaie mais ne peuvent pas l’arrêter. Effectivement, même à la naissance du christianisme il y a eu un conflit entre les premiers Chrétiens et les magiciens qui prétendaient faire des guérison miraculeuses analogues. Les miracles dont parle la Bible ne sont pas des miracles de types magiques. Retenez cette notion-là ce n’est pas n’importe quoi. Enfin de compte, il arrive dans l’histoire de la civilisation que beaucoup de choses qu’on croyait des miracles magiques (en dehors des miracles du récit biblique) finalement ont fini par avoir une explication naturelle. Les magiciens étaient aussi souvent des illusionistes. Il y a deux termes dans le récit biblique pour les illusionistes et les magiciens.

 

Q : A priori le miracle de ‘Hanoukah s’est produit à un moment où il n’était plus nécessaire ?      

Dès que les Makabi ont pris le relai pour réinaugurer le temple, l’occupation grecque était déjà terminée pourquoi alors à ce moment là bénéficient-ils d’un miracle ? 

R : C’est très bien ce que vous dites là, cela veut dire qu’effectivement il y a un aspect gratuit dans le miracle, il est dans tous les cas en plus. Si j’ai bien compris, on avait déjà la victoire, et on a eu 8 jours pour allumer le candelabre le temps qu’on prépare l’huile pure, on aurait pu attendre 8 jours. Seulement c’était le jour de ‘Hanoukah !

 

Q : Le miracle a été défini comme une rupture par rapport à l’ordre naturel, comment est-on sûr que l’ordre naturel on le connait ?

R : Il suffit que ce soit l’ordre naturel comme on le connait. Sinon ce n’est pas un miracle.

Il y a vraiment miracle dans le sens d’un Ness que si l’ordre naturel tel qu’on le connait est rompu.

 

Q : Est-ce que cela veut dire que ce qui aurait pu être considéré comme un miracle il y a 1000 ans parce qu’on parvenait à une telle conclusion…

R : Je vais vous donner un exemple dans la technique : je me rappelle les premiers téléphones !

Quand les Midrashim nous racontait que le premier homme entendait d’un bout à l’autre du monde on concluait à l’imagination orientale du Midrash. Je n’ai pas dit qu’il avait un téléphone, c’est peut-être pire, on découvrira d’autres choses. Mais cela reste miraculeux dans le sens merveilleux en tout cas.

 

Il faut essayer de retrouver une sérénité de l’esprit talmudique. Il faut savoir premièrement que Dieu est Créateur et que c’est Lui qui garantit les lois de la nature. Et Il nous demande de fonctionner d’après le monde qu’Il a créé. Maintenant, s’il arrive des occasions, des occurrences, où l’on a besoin d’un miracle, on peut demander. Mais c’est l’exception. Les théophanies sont l’exception. C’est la pensée magique qui vit à l’envers.

 

Blague :

Rabbi Méir rencontre l’enchanteur Merlin.

Rabbi Méir lui dit : Enchanté !

Merlin lui a répondu : Ravi !

 

Tous ces récits des enchanteurs, si vous voulez, ont plongé leur époque dans un atmosphère de merveilleux mais dans une atmosphère de conscience magique. Les récit des miracles de la bible ne sont pas du tout de cet ordre. Raison pour laquelle la Torah n’en parle pas.

 

Q : Vous avez parlé de la notion d’abondance des miracles de cet état originaire tel qu’il était prévu au départ. Il y a des miracles où on ne voit pas vraiment la dimension d’abondance.

R : Je vous dis à quoi je pense maintenant : il y a deux facteurs : un facteur d’abondance qui est indéniable, et le facteur de suppression des médiations du temps. Par exemple, les guérisons miraculeuses. Si on avait la technique suffisante qui ferait qu’on ait tant de temps pour l’obtenir, il y a miracle lorsqu’elle est instantanée. Il y a une sorte de catalyseur du temps. Un exemple de prière chez les mystiques : « Que le peu que je mange se fructifie dans mon sein ». Je mange un peu mais que cela devienne abondant en moi. Et il y a effectivement des récits qui montrent que les ascètes se nourrissaient de peu de choses qui en eux se fructifiait. La volonté du Créateur c’est Zeh Olam Malé un monde plein de lui-même. Mais nous avons un monde vide de lui-même. Habituez-vous un peu au monde qui vous attend ! C’est le monde tel que Dieu a voulu le créer qu’Il donnera à ceux qui le mérite.

 

Une anecdocte à propos de ces histoires de miracles : à la tribune avec des catholiques et des protestants à une réunion de théologiens dans le nord de la France, un pasteur protestant avec un humour intentionnel m’a posé une colle :  monsieur le rabbin croyez vous aux miracles de lourdes ? J’ai répondu : Oui !  Silence dans la salle… J’ai ajouté : A une condition c’est que ces miracles soient garantis par une commission épiscopale. Le silence s’est fait pesant…

J’ai ajouté : Cela ne veut pas dire que le catholicisme soit plus vrai que le judaïsme cela veut dire que le bon Dieu s’occupe de toutes ses créatures même catholiques, et chacune à sa manière.

A condition en tout cas d’évacuer tout ce qu’il peut y avoir de mentalité magique.

 

Effectivement, si une commission épiscopale avec des médecins (ce sont les précautions qu’ils prennent) garantissent vraiment une guérison miraculeuse, que en l’état de l’art de la médecine on ne peut pas obtenir par les médiation du temps qu’il faut alors, c’est un miracle que Dieu a fait. Mais Dieu ne s’occupe pas que des Juifs Il s’occupe de toutes ses créatures. Et cela a rassuré les Chrétiens je dois vous dire…

 

Q : Y a-t’il encore des dates qui n’ont pas encore été réalisées ?

R : Toutes celles qui ne sont pas encore réalisées !

 

< fin >

                                                                               

*****

Partager cet article

Repost 0
Published by Rav Léon Ashkénazi - dans CALENDRIER & FÊTES
commenter cet article

commentaires

(Clovis Simard,phD) 07/03/2011 23:17



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-2: ADN-ROUGE !


DE L'ADN AU PASSAGE DE LA MER ROUGE ?


Cordialement


Clovis Simard



Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche