Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 15:06

Gouf et Nefesh (1984) 2ème partie

 

Gouf et Nefesh (1984) à Mayanot

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/cabale/guf_et_nefesh/cours_1

Durée : 28,8 minutes
Face B

 

.../...

Il faut d’abord que je le définisse par son genre prochain.

le genre prochain c’est « l’être vivant animé », et la différence spécifique c’est « doué de parole ».

C’est pourquoi on trouve aussi le terme de Nefesh pour dire aussi l’ensemble des êtres vivants. 

Mais la grande différence c’est que pour les autres êtres vivants c’est l’espèce toute entière qui a une Neshamah, alors que pour l’homme c’est chaque individu qui est censé avoir une Neshamah.

 

Le genre prochain de l’homme s’appelle Nefesh ‘Hayah  - nefesh vivant – ‘haï.

L’expression Nefesh ‘Hayah désigne le genre prochain où prend place l’homme.

Mais la grande différence d’avec les autres espèces vivantes c’est que l’espèce vivante toute entière incarne une Neshamah alors que chez l’homme, chaque individu est censé pouvoir incarner une Neshamah. (Cf. l’analyse sur l’image collective, l’image familiale de Dalton)   

 

Il peut arriver qu’énormément de Nefashot soient nécessaires pour incarner une Neshamah. Cela veut dire que ces Nefashot sont d’envergure moindre.

Une Neshamah pour se réaliser a besoin parfois de énormément de Nefashot, de personnes différentes, qui sont les aspects différents d’une même Neshamah. Cela ressemble aux animaux où il faut toute l’espèce pour qu’une Neshamah apparaisse. La Neshamah du tigre est réalisée par toute l’espèce du tigre.

 

L’être animal est un être en général et qui se réalise dans des individus qui sont des copies conformes de cet être général. Tandis que l’être humain est un être en particulier. Chaque être humain en particulier est une personne. C’est l’humanité toute entière. A tous les nivaux d’envergure. Dans la réalité, ce n’est pas si simple que cela. Chaque individu n’est pas vraiment une personne mais c’est le but d’arriver à ce que chaque individu soit une personne.

 

Q : - à propos de la définition, est-ce une propriété donnée à l’homme à l’origine puisque c’est Adam qui a nommé les animaux ?

R : - oui, très bien, cela peut être cité à l’appui. Effectivement, le premier comportement de l’homme est de pouvoir nommer. On verra le verset qui en parle.

 

***

 

Je ne vous ai pas donné la solution du problème des rapports entre l’âme et le corps, problème  auquel la philosophie ne trouve pas de solution et n’arrive pas à comprendre intellectuellement comment de la matière devient de l’esprit et comment de l’esprit devient de la matière. 

 

Q : et pour la création du monde, est-ce la matière qui provient de l’esprit ... ?

R : c’est le même problème à un niveau supérieur, plus absolu : comment à partir de l’être esprit apparait de la matière ? La création du monde c’est d’abord l’apparition de la matière à l’être.

 

Q : le problème de la civilisation latine : corps-âme-esprit – anima et animus sont masculins et féminin dans le même homme.

R : c’est animus qui signifie l’esprit et anima l’âme,

Q : et le corpus est laissé de côté et on essaie surtout de faire l’union entre deux éléments qui sont anima et animus ?

R : oui, effectivement.

 

Verset 24

Je vous avez indiqué qu’il y a un verset qui formule le projet propre à chaque jour, et un verset qui en récapitule la réalisation. Ici, nous sommes au 6ème jour, le projet du 6ème jour est formulé au verset 24.

 

Bereshit 1.24:

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, תּוֹצֵא הָאָרֶץ נֶפֶשׁ חַיָּה לְמִינָהּ, בְּהֵמָה וָרֶמֶשׂ וְחַיְתוֹ-אֶרֶץ, לְמִינָהּ; וַיְהִי-כֵן

Vayomer Elohim Totse ha'arets nefesh ‘hayah leminah behemah varemes vechayeto-erets leminah vayehi-chen.

 

Et Dieu dit : Que la terre produise être vivant selon son espèce, l’animal et les reptiles (behemah a pris le sens d’animal domestique) et les bêtes sauvages de la terre (‘hayah veut dire un animal dans le sens de l’animal sauvage, alors que béhémah est un animal dans le sens d’animal domestique) selon son espèce, il en fut ainsi (vayhi khen = il n’en fut qu’ainsi).

 

Vous allez lire le verset 25 de la réalisation et vous allez mettre en évidence l’approximation : ce qui n’est pas réalisé du programme : comparez le verset 24 et le verset 25, le projet et la réalisation pour voir ce qui manque.

 

1:25

וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים אֶת-חַיַּת הָאָרֶץ לְמִינָהּ, וְאֶת-הַבְּהֵמָה לְמִינָהּ, וְאֵת כָּל-רֶמֶשׂ הָאֲדָמָה, לְמִינֵהוּ; וַיַּרְא אֱלֹהִים, כִּי-טוֹב

Vaya'as Elohim et chayat ha'arets leminah ve'et habehemah leminah ve'et kol-remes ha'adamah leminehu vayar Elohim ki-tov.

 

1:24

Vayomer Elohim

totse ha'arets nefesh ‘hayah leminah

Et Dieu dit que la terre produise ... totse ha'arets nefesh ‘hayah leminah

et ensuite on détaille, cela peut être Behemah, Remes, ‘Hayeto-erets etc...

 

Ce projet de la terre interpellée : sort de toi le Nefesh ‘Hayah !

Tout se passe comme si la terre n’a pas réussi: elle n’est arrivé qu’au Vayhi Khen comme une approximation dont il manque le Nefesh.

 

Min signifie une espèce. Une  espèce entière chez les animaux incarne une Neshamah alors que chez l’homme chaque individu est censé incarner une Neshamah. C’est la grande différence. C’est pourquoi j’insiste tellement sur le fait que la majorité des hommes abdiquent cela et sont comme des Golem. Chacun à son niveau.

 

Bereshit 1:24

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, תּוֹצֵא הָאָרֶץ נֶפֶשׁ חַיָּה לְמִינָהּ, בְּהֵמָה וָרֶמֶשׂ וְחַיְתוֹ-אֶרֶץ, לְמִינָהּ; וַיְהִי-כֵן

Vayomer Elohim totse ha'arets nefesh ‘hayah leminahbehemah varemes ve’hayeto-erets leminah

vayehi-khen.

Et il n’en fut qu’ainsi...

Donc le projet du 6ème jour c’est Nefesh ‘Hayah une personne vivante (parce que un Nefesh peut être mort. On le verra tout à l’heure).

 

1:25

וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים אֶת-חַיַּת הָאָרֶץ לְמִינָהּ, וְאֶת-הַבְּהֵמָה לְמִינָהּ, וְאֵת כָּל-רֶמֶשׂ הָאֲדָמָה, לְמִינֵהוּ; וַיַּרְא אֱלֹהִים, כִּי-טוֹב

Vaya'ass Elohim et ‘hayat ha'arets leminah ve'et habehemah leminah ve'et kol-remes ha'adamah leminehu vayar Elohim ki-tov.

Et Dieu fit (il semble y avoir – non pas contradiction – mais changement de registre : subitement on parle d’autre chose ! Dans le verset du projet Dieu dit à la terre : « Débrouille toi pour me faire un Nefesh ‘Hayah ! » totse ha'arets nefesh ‘hayah leminah que la terre sorte d’elle-même un nefesh ‘hayah – Et ici le texte nous dit tranquillement « Et Dieu fit... » Vous avez compris le décalage ?

 

Bien sûr, ce qui se passe ans l’organisation du monde, c’est Dieu qui le fait, mais Il le fait à travers la possibilité que lui donne la terre. En fin de compte, c’est Dieu qui le fait, mais comme la terre le fait. Si la terre fait plus Dieu fait plus. Si la terre fait moins, Dieu fait moins...

Alors il faudrait traduire tout de suite en conséquence du Vayhi khen : « Et Dieu ne fit que » à cause de la terre...

 

Schématiquement : Il y a d’abord eu la création de la terre avec toutes ses potentialités. La terre cela implique pas seulement en tant que Erets le globe terrestre mais la Adamah – le niveau où Erets est vivant. Et Adamah est vraiment vivante puisque c’est de elle qu’on se nourrit pour nourrir la vie. Quand je mange un fuit c’est finalement de la terre élaborée que je mange…etc. Il y a une collaboration du soleil dans la fonction du chlorophyle... la terre est vivante. La preuve ? C’est qu’elle entretient la vie par la nourriture... Le niveau de la terre qui est vivante s’appelle Adamah.

totse ha'arets nefesh ‘hayah leminah: cette interpellation au niveau du projet c’est que Dieu ayant créé la terre avec toutes ses potentialités, lui « demande » c’est une interpélation – une invitation - non un ordre dans le sens du diktat car sinon c’est cela qui aurait été fait - il y a une sorte d’autonomie de la terre  qui est très indifférenciée à l’origine et qui va finir par se différencier de plus en plus… et finalement seul l’homme sera autonome dans la terre mais à l’origine toute la terre est autonome.

 

Rappelez vous de ce Rashi : la faute de la terre qui n’a pas réussi à faire ce qu’elle devait faire...

Est-ce que cela impliquerait qu’elle était libre ? Oui, il faut comprendre ce principe qu’il y avait une liberté indifférenciée de l’être vivant en général, et que finalement tout ce qu’il y a de liberté dans l’être vivant s’est réfugié en l’homme. Et encore en l’homme non conditionné, car l’homme qui se laisse conditionner fait partie du paysage – on l’appelle un paysan, c’est l’étymologie du mot païen. Il abdique son identité d’homme pour rejoindre le paysage et se contenter d’être un être de nature. Cela peut être très sophistiqué, un être de nature, les humanismes païens sont très sophistiqués mais on est rentré dans le paysage : il y a les animaux et les hommes... et c’est ce qu’on enseigne officiellement à la Sorbonne...

 

Le premier verset, le verset 24 irait dans le sens de ce qu’on appelerait plus tard l’évolutionnisme. Cela veut dire que c’est de la terre que les êtres vivants apparaissent.

 

Au 2ème verset (1.25) on apprend que la terre n’a pas été capable de cela. Elle n’a été capable de sortir d’elle-même que l’animal le plus évolué – et pas l’homme. Voyez que le mot de « Nefesh ‘Hayah » n’est pas dans le verset 25.

 

Au verset 24 on voit que le projet est un projet évolutionniste : « que la terre se modifie suffisamment pour me former ce que j’appelle le Nefesh ‘Hayah la personne humaine ».

 

Or, la terre a fait tous les efforts qu’elle a pu, elle n’a sorti qu’un crocodile. Le serpent qui avait encore des bras et des mains. L’être qui ressemble, qui mime, qui est assymptote à l’identité humaine mais il y a une solution de continuité. Il s’en approche le plus possible sans jamais le rejoindre : c’est une asymptote.

 

Verset 24 : Le projet est Nefesh ‘hayah

Verset 25 : Vayass Elohim à travers ce que la terre peut lui donner à faire... tout ce qu’on veut sauf le Nefesh ‘hayah qui n’est pas encore arrivé...

On verra que l’être le plus proche du Nefesh ‘Hayah c’est ce Na’hash  dont parle la Torah qu’on retraduit par serpent. Mais évidemment ce n’est pas le serpent qu’on trouve dans les champs aujourd’hui car il ne parle pas, et n’est pas prophète. D’après le Midrash, c’est plutôt un crocodile, un serpent qui a des bras et des mains et qui parle.

 

Cela veut dire que ce que la terre a réussi à faire en réponse à ce projet n’est qu’asymptote au projet. Cest une autre manière de voir le Vayhi Khen – ce décalage entre le projet et la réalisation.

 

1:24

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, תּוֹצֵא הָאָרֶץ נֶפֶשׁ חַיָּה לְמִינָהּ, בְּהֵמָה וָרֶמֶשׂ וְחַיְתוֹ-אֶרֶץ, לְמִינָהּ; וַיְהִי-כֵן

Vayomer Elohim totse ha'arets nefesh ‘hayah leminahbehemah varemes ve’hayeto-erets leminah

vayehi-khen.

 

1:25

וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים אֶת-חַיַּת הָאָרֶץ לְמִינָהּ, וְאֶת-הַבְּהֵמָה לְמִינָהּ, וְאֵת כָּל-רֶמֶשׂ הָאֲדָמָה, לְמִינֵהוּ; וַיַּרְא אֱלֹהִים, כִּי-טוֹב

Vaya'ass Elohim

et ‘hayat ha'arets leminah qui correspond au ve’hayeto-erets leminah du verset précedent

ve'et habehemah leminah qui correspond au behemah

ve'et kol-remes ha'adamah leminehu qui correspond au remes

vayar Elohim ki-tov Et ce Ki Tov signifie: c’est suffisament bon. On passe à la suite...

 

Jusque-là on a appris que le projet c’est ce qui aurait dû apparaître si la terre en avait été capable comme le décrivent les évolutionnistes que la terre a sorti d’elle-même la personne humaine à travers toutes les étapes de tous les niveaux des autres manières d’êtres vivants.

Or, ce projet ne s’est pas réalisé comme cela, nous dit le texte. La terre n’est capable de sortir qu’une imitation de l’homme qui serait l’homme être de nature, l’homme à l’état naturel, l’homme brut. Celui que je vous ai appellé toute à l’heure golem.

 

Et j’ajoute que la majorité des hommes à travers les civilisations acquiescent à être cet être de nature, et retombent au niveau de « Na’hash ». De nombreuses anciennes civilisations ont eu pour emblême le serpent – symbole de la connaissance,  de la science... Pas seulement en Egypte, aussi les Azteques et beaucoup de civilisations. Vous avez dans beaucoup de sociétés dites primitives la totémisation par l’ancêtre « crocodile ».

 

Pour la Torah, tous les hommes sont des hommes, comme ils le sont à partir du verset 26. Mais beaucoup d’hommes refusent cela : c’est trop difficile d’être un homme présent à lui-même...etc.

Alors ils deviennent païens et rentrent dans le paysage, et deviennent comme le Na’hash.

 

Et comme en réalité ils sont quand même des hommes ils sont malheureux. Raison pour laquelle toutes les grandes traditions qui ont renoncé à l’idée de l’âme sont des traditions désespérées. Les philosophies de l’absurde. Le tragique de la condition humaine car l’homme est un roseau mais un roseau pensant. Un roseau pas pensant est un roseau heureux, mais un roseau pensant… Dieu préserve !  

 

J’ai à peine commencer le cours que je voulais vous faire.

Nous étudierons la prochaine fois le verset 7 du chapitre 2. Il nous manquait le Nefesh ‘Hayah...

Vous lirez attentivement les versets 26, 27, et 28 du chapitre 1.

Voilà ce qui se passe : La terre n’a pas pu alors au verset 26 Dieu dit : Vayomer Elohim Naaseh Hadam… je vais le faire moi-même puisque la terre n’a pas pu !

 

Vous prendrez le chapitre 2 verset 7 où la Torah revient sur la création de l’homme et nous explique comment Dieu a créé l’homme que la terre n’a pas pu faire.

 

2 :7

וַיִּיצֶר יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם, עָפָר מִן-הָאֲדָמָה, וַיִּפַּח בְּאַפָּיו, נִשְׁמַת חַיִּים; וַיְהִי הָאָדָם, לְנֶפֶשׁ חַיָּה.

Vayitser Adonay Elohim et-ha'adam afar min-ha'adamah vayipach pe'apav nishmat chayim vayehi ha'adam lenefesh chayah.

L'Éternel-Dieu façonna l'homme, - poussière détachée du sol, - fit pénétrer dans ses narines un souffle de vie, et l'homme devint un être vivant.

 

A lire avec Rashi.

 

Il façonna l’homme… (wayyitsèr) Le mot wayyitsèr est écrit avec deux yod, car il y a eu deux façonnages : celui de l’homme dans ce monde-ci, et celui de l’homme dans le monde à venir (Beréchith raba 14, 5). Tandis que pour les animaux, qui ne sont pas justiciables du tribunal divin, le même mot wayitsèr (verset 19) n’est écrit qu’avec un seul yod.

Poussière détachée du sol… Dieu a amassé la poussière de toute la terre, des quatre points cardinaux, afin qu’elle accepte, où que l’homme vienne à mourir, de devenir sa tombe (Midrach tan‘houma Peqoudei 3). Autre explication : Il a pris la poussière de l’endroit dont il est dit : « Tu feras pour moi un autel de terre » (Chemoth 20, 21), [à savoir le site où allait être construit le Temple], en se disant : « Pourvu qu’elle lui soit une expiation afin qu’il puisse tenir ! » (Beréchith raba 14, 9).

Il insuffla dans ses narines une âme de vie… Il l’a formé d’éléments d’ici-bas et d’éléments d’en haut : le corps d’en-bas, et l’âme d’en haut. Car le premier jour, Il a créé le ciel et la terre. Le deuxième jour, le firmament pour les êtres d’en haut. Le troisième jour, la terre ferme est apparue pour les êtres d’en-bas. Le quatrième, les luminaires pour les êtres d’en haut. Le cinquième, Il a fait fourmiller les eaux d’une multitude rampante d’êtres vivants, pour les êtres d’en-bas. Il fallait donc, le sixième jour, créer tout à la fois des éléments d’en haut et des éléments d’en-bas. Car il se serait établi, sinon, de la jalousie dans l’œuvre de la création, puisque les uns auraient dépassé les autres pendant une des journées qu’a duré celle-ci (Beréchith raba 12, 7).

Et l’homme fut une âme vivante… Les animaux et les bêtes sauvages sont également appelés « âmes vivantes ». Cependant, celle de l’homme est la plus vivante de toutes, car il s’y ajoute la connaissance et la parole.

 

Vous avez suffisament d’éléments avec vos traductions et vos dictionnaires pour comprendre ce qui se passe dans ce verset-là

 

Nous étudierons à partir de ce verset un passage de la Guemarah qui va étudier une particuliarité du verset Vayyitser (avec cette notion de Yetsour-Yetsir) lorsqu’il concerne l’homme est écrit avec deux Youd alors qu’en ce qui concerne l’animal le verset 19 n’emploie qu’un Youd.

 

< fin >

Partager cet article

Repost 0
Published by Rav Yéhouda Léon Askénazi (Manitou). - dans KABALAH
commenter cet article

commentaires

plomberie paris 15 29/01/2015 20:34

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche