Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 08:00

Galout & Guéoula - Shaarei Ora, Maharal (1989) – 7ème partie

 

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/pensee/le_drame_de_l_exil_shaarei_ora/cours_4

Face A - Durée : 36,0 minutes

 

.../...

Yéshouroun, cela veut dire il y a 600 000 âmes. Yesh Sishim Ribo Neshamot – Cela fait Yeshouroun. Israël au niveau de son âme s’appelle Yeshouroun et Israël au niveau de son corps s’appelle Yaaqov.

 

Et lui (Netsa’h Yisraël Yeshouroun) n’a pas d’extrémité de fin d’interruption, et c’est à ce propos qu’ils ont dit dans Taanit 5b : Yaaqov avinou lo met, comme nous l’avons expliqué là-bas. Or Israël possède cette dimension de Jacob. Comme a dit le verset Deut. 33:5:

  וַיְהִי בִישֻׁרוּן, מֶלֶךְ   - Et il fut roi en Yéshouroun. (d’après le Pshat il s’agit de Moïse, d’après le Midrash il s’agit de Dieu lui-même)

 וַיְהִי בִישֻׁרוּן, מֶלֶךְ, בְּהִתְאַסֵּף רָאשֵׁי עָם, יַחַד שִׁבְטֵי יִשְׂרָאֵל   

Et il fut roi en Yeshouroun, les chefs du peuple réunis, ensemble les tribus d'Israël ».

On comprend qu’Israël est appelé Yeshouroun. Et nous avons expliqué cela en son endroit abondamment. Et c’est pourquoi le verset dit: « il arrivera que sur toute la terre, la bouche des deux sera retranchée ». Ce sont les empires qui s’opposeront en ce temps-là, et des 4 empires les deux qui s’opposeront en ce temps-là sont la Perse et Rome.

 

C’est assez extraordinaire de voir encore une fois à quel point cela se passe dans la réalité historique. J’aurais tendance à dire qu’il faut oublier cela une fois qu’on l’a compris. Mais au moins on comprend que l’histoire a un sens même si ce sens mystérieux nous échappe, et les sages d’Israël savaient comment fonctionnent les mécanismes de l’histoire.

 

Cf. la question d’hier : Qu’est-ce que le ‘hakham ? 

La Torah c’est une tradition qui s’enseigne et nous avons des appuis qui sont les livres. Il y a deux sortes de ‘Hakhamim complétement différents : ceux qui étudient la Torah de maitre à élève et qui ont des livres, et ceux qui ne connaissent que les livres et les dictionnaires, et ils n’ont pas de maître. La question ne se pose que dans la deuxième catégorie : comment celui qui n’a pas appris peut-il savoir ? C’est une fausse question, c’est qu’il n’a pas appris ! Celui qui a appris la question ne se la pose plus : il a appris ! Je dis souvent que la définition d’un maitre dans la tradition juive ce n’est pas quelqu’un qui a des élèves, c’est quelqu’un qui a eu un maitre.

Nous sommes dans une génération où la formulation de la Torah est à portée de tous. Mais il y a deux catégories quand même. Ceux qui commencent avec eux-mêmes à partir de leurs têtes, des livres et dictionnaires, et l’autre catégorie de ceux qui s’inscrivent dans la tradition depuis Moïse au Sinaï. La tradition ne peut être comprise que parce qu’il y a des maitres qui font lire ce qu’il y a dans les livres. Mais ils ont appris ce qu’ils savent de leurs maitres et non pas dans les livres. C’est tout à fait différent.

 

Je vais vous donner un critère très simple de déontologie : celui qui cite ses maitres fait partie d’une catégorie, et celui qui ne cite jamais ses maitres fait partie de l’autre. Ils ne citent pas de maitre parce qu’ils n’ont pas de maitre. Ils ne savent pas où se mettre !

Cela ne veut pas dire que ce qu’ils disent n’est pas intéressant. C’est de la culture juive ! Mais la Torah c’est la Torah ! 

 

D’autant plus que la plupart du temps, ils ont lu beaucoup de livres. Mais dans ces livres ce qui y est dit n’a de sens que parce qu’on l’a reçu d’un maitre qu’on cite par ailleurs dans le livre.

D’un côté les maîtres et de l’autre les centimètres : ceux qui se sont sentis maitres, si j’ose dire.

 

Et c’est pourquoi Daniel a vu une qui était faite d’argent (dans la vision des statues) et une qui était faite de fer. Et au sujet de ces 4 empires, il y a un doute, une perplexité au sujet de l’empire d’Ishmaël.

 

Il y a un autre texte du Maharal sur le même sujet : au début du livre Ner Mitsvah qu’il a consacré à ‘Hanoukah où il pose la question de la manière suivante : c’est très clair, on nous parle de Malkhout Babel, Malkhout Paras, Malkhout Yavan et Malkhout Edom. Mais où est Malkhout Ishmael ? Maharal explique là-bas que Ishmael est un fils d’Abraham qui ne fait pas partie des 4 empires et qui a reçu sa propre bénédiction. Les 4 empires sont ceux qui disputent l’identité d’Israël à Israël. Et cela se dévoile dans le 4ème . Et par conséquent il n’y a pas à situer Ishmaël dans ces 4 empires. Mais il ajoute dans Ner Mitsvah que cependant il y a à dire qu’il s’agit de Paras. Il enseigne cela des siècles avant qu’il ne se dévoile avec le khoménisme qu’effectivement Ishmaël c’est Paras. Et qu’il y a conflit entre Ishmaël et la civilisation occidentale. Et à la tête de ce conflit se trouvent d’un côté Edom et de l’autre Ishmaël qui est Paras.

Quelque soit les satellites dans l’un et l’autre camp, il est bien évident que l’affrontement est entre Edom et Paras à titre d’Ishmaël. C’est extraordinairement impressionant. Cette « historiosophie » comme disait mon maitre – néologisme et barbarisme forgé par les penseurs du siècle dernier en Allemagne – la sagesse de l’histoire du Maharal.

 

Car certains disent que c’est le 4ème empire qui est l’empire d’Ishmaël. Car leur difficulté (dans la lecture du texte de Daniel) c’est que le 4ème animal (qui représente le 4ème empire) est très grand. Et donc il est convenable de l’attribuer à Ishmaël (qui est un empire colossal du point de vue de l’étendue). Sinon que serait cet empire ? Mais des paroles des sages qui eux connaissent les choses cachées de la Torah et le secret de tous ces empires, ils ont expliqué que Ishmaël n’est pas le 4ème empire, et cela ils le savaient le plus clairement possible, par le fait de plusieurs principes de la Sagesse. Le fait qu’on ait dit qu’Ishmaël est un grand empire n’est pas un difficulté, car le verset dans Daniel a dit seulement qu’il n’y a que 4 empires qui reçoivent la souveraineté des principes de sainteté d’en-haut, comme il est écrit : cela durera le temps d’un monde et la moitié d’un monde.

 

C’est tout le sujet des chiffres dans Daniel. Je n’ai pas voulu vous apporter toutes ces références-là. Il y a dans les versets de Daniel assez clairement le temps de développement de la fin des empires, et donc le temps de la fin des exils et les Kabalistes contemporains ont montré de façon très claire la date d’apparition de l’état d’Israël dans ce texte de Daniel.  

 

Voici donc que le texte témoigne que ces 4 empires recevront des forces des puissances d’En-haut. L’explication de cela lorsque les puissances supérieures avaient la souveraineté cette souverainenté elle-même c’est Dieu qui l’a transmise à ces 4 empires.

 

Car c’est par le fait que Dieu leur a donné la possibilité de cette souveraineté qu’ils l’ont eu  

 

Car Il a pris cette souveraineté des puissances d’En-haut et l’a transmise aux 4 empires qui ont pu subsister de par la force de cette souveraineté reçue.

 

 

Tant que le génie de telle civilisation considérée a donné au peuple qui l’incarne la force, alors cette civilisation a existé. Mais cette civilisation n’existe que tant que le principe qui l’anime lui délègue sa souveraineté. Lorsque c’était le temps du génie humain selon la Perse, alors la Perse a été l’empire qu’elle a été...etc.

                     

Car l’empire de Babel bien évidemment ne s’est maintenu que par le principe des puissances d’En-haut qui lui ont été déléguées. Or l’empire de Babel a pris la royauté-souveraineté d’Israël.

 

C’est ce que nous avons appris dans les séminaires précédents à propos du temps des Hébreux avant Abraham. La rivalité entre Babel et Israël est au temps d’avant Abraham. 

 

Et ensuite c’est la Perse qui a pris cette souveraineté à l’empire de Babel et a hérité de cette souveraineté supérieure. Et après c’est l’empire de Grèce qui a pris cette souveraineté de la Perse. Et l’empire d’Edom – Rome – a pris la souveraineté de la Grèce comme il est connu. Mais la souveraineté d’Ishmaël est pour elle-même et ne s’est pas maintenu par délégation de ses forces supérieures.

 

Ces forces supérieures destinées à Israël pour l’avenir du temps messianique sont pendant l’époque des 4 grandes civilisations prises par ces 4 grandes civilisations. Mais ce ne sont pas ces forces supérieures-là qui donnes souveraineté à l’empire d’Ishmaël.

 

                      Uniquement ces 4 empires là reçoivent par délégation de ses forces supérieures.

Ce sont ces 4 empires par le fait qu’il y a prétention des forces reçues par délégation de la sainteté supérieure qui empêche la délivrance qui leur a été données tout le temps que cela a pris. 

Mais tant que eux sont souverains, Israël ne reviendra pas à Malkhout même, dont Dieu a pris la royauté.

 

Il y a une indication très importante dans les textes du Zohar et du Midrash concernant la reine Esther qui éclaire cela : la royauté quitte Israël et rentre chez les Goyim par la reine Esther. La reine Esther est de la dynastie royale du Mashia’h ben Yossef puiqu’elle est de la tribu de Benjamin, c’est à dire les enfants de Rachel. La royauté de Rachel quitte Israël par la reine Esther et rentre chez les Goyim. Et donc à la fin des temps elle reviendra. Nous avons parler une fois de cela. Je vais en dire quelques mots. D’une part il est très frappant que nous vivions dans le temps contemporain la fin des dynasties royales dans le monde entier, et ces dynasties royales d’après notre texte ont reçu leur souveraineté par usurpation de la souveraineté royale d’Israël. Dans quelque royaume que ce soit, il y a quelque chose de l’ordre de la sainteté de la royauté d’Israël. C’est pourquoi la Halakha établi que lorsqu’on est en présence d’un roi il y a une bénédiction particulière à dire. Invité à la table du  roi on a le droit de manger tout ce qu’il offre. En général, ces rois sont polis et donnent à manger cachère.

 

Dans le nord de l’Angletterre il y a une Yeshivah en Ecosse. Lorsque la reine Elisabeth a visité sa bonne terre d’Ecosse les gens de la Yeshivah se sont tous placés sur le cortège pour avoir le le Zkhrout de la Brakah.

 

Effectivement, la fin de la révélation biblique au sujet des engendrements de la royauté d’Israël c’est ce récit où la reine Esther devient l’épouse du roi Assuérus et la royauté passe en Perse. Vous voyez comment se fait la charnière. La dynastie de Perse s’est arrêtée. Les dynasties d’Abyssinie, d’Italie, de Grèce se sont arrêtées. Reste la dynastie d’Angleterre, d’Espagne...  etc.

 

Dans le gros plan du problème il est bien évident que l’on s’aperçoit que la royauté cesse chez les nations du monde quand c’est le temps pour Israël de se reconstituer.

 

Q : C’est seulement la royauté de Joseph ?

R : C’est aussi celle de David, mais je n’ai pas voulu entrer dans les détails.

Nous sommes donc dans un temps de relai où la royauté est rendue à Israël, béZeïr Anpin, comme on dit : en petit modèle. Nous avons un président de la république. Mais du point de vue de la Halakhah c’est au niveau du temps du Mashia’h Ben Yossef c’est par rapport à Israël. Le Mahsia’h Ben David c’est la relation au roi selon les rois de Judah. Cela s’étudie dans la Halakha.

 

Pendant tous ce temps où la souveraineté est chez les nations, alors Israël ne revient pas. Israël dont Dieu a pris le Malkhout et l’a donné à ces 4 empires.

 

Ils ne peuvent pas pendant tout ce temps-là revenir au niveau qui leur est propre et au niveau de leur souveraineté. Encore une fois il suffit de relier ces deux remarques : la souveraineté royale disparait des nations pendant le temps qu’Israël se prépare à la royauté messianique.

 

Pendant tout le temps où c’est le principe des nationalités qui a gouverné la civilisation, je parle de la civilisation occidentale, Israël a été la seule nation sans souveraineté nationale, et c’est au temps où il y a une supra-nationalité qui apparait chez les nations qu’Israël retrouve sa propre souveraineté nationale. Jusqu’en 1917, le principe des nationalité est partout. Et puis une seule nation qui n’a pas sa nationalité : Israël dispersé ! En 1917, la déclaration Balfour pour rendre sa nation à Israël. C’est en ce temps-là que va commencer la réflexion en Occident sur la recherche d’une supra-nationalité pour résoudre les problèmes du monde. Et c’est bien en 1917 que cela a commencé, la Société des Nations était l’avant-première de l’O.N.U. Et la S.D.N. se constitue à la suite de la guerre mondiale et c’est en 1923 à San Rémo que la déclaraiton Balfour est enterrinée par la S.D.N. Elle se dissout ensuite, n’ayant plus rien à faire…

…/…

lire la suite

  

***

Partager cet article

Repost 0
Published by Rav Léon Ashkénazi - dans PENSÉE JUIVE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche