Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 19:53

BO (1994)

Bo (1994) – 2ème Partie

 

http://www.toumanitou.org/toumanitou/la_sonotheque/parasha/bo_serie_1994/cours_1

Face B

 

וְגַם אֶת-הַגּוֹי אֲשֶׁר יַעֲבֹדוּ, דָּן אָנֹכִי; וְאַחֲרֵי-כֵן יֵצְאוּ, בִּרְכֻשׁ גָּדוֹל

Vegam et-hagoy asher ya'avodu dan anochi ve'acharey-chen yets'u birechush gadol

Mais, à son tour, la nation qu’ils serviront sera jugée par moi; et alors ils la quitteront avec de grandes richesses.

 

Puisque ce verset a été dit, c’est la question de Maïmonide, pourquoi punir les Égyptiens et Pharaon ? C’est prévu dans la marche du monde !

 

Rambam répond : ce n’est pas du tout un décret que Dieu décide que les Égyptiens se conduiraient ainsi. Dieu, nous dit Maïmonide, prévient les Hébreux de ce qui va se passer d’après les lois de fonctionnement des sociétés humaines. Tel que le Créateur du monde a créé Son monde, il y a des lois, même en sociologie. Nous sommes de nouveau dans le monothéisme strict.

Alors Abraham est averti et sa descendance est avertie à travers lui : Sachez que vous allez être ailleurs que chez vous. Parce que c’est ainsi que cela fonctionne lorsqu’une minorité étrangère s’installe dans une métropole impérialiste ! Exactement, dans toutes les sociétés, lorsque une minorité étrangère s’installe dans un régime qui devient totalitaire, inévitablement le racisme apparait, la xénophobie apparait...

 

…/… interruption de l’enregistrement

 

Je vous cite Rambam :

Dieu prévient Abraham de ce qui va arriver. Dans quelle éventualité ? Ce que la Torah va nous raconter lorsque les Hébreux se sont installés en Egypte. Ils se sont installés en Egypte en tant qu’hébreux dans le ghetto de Goshen. Avec le temps, le phénomène de saturation...

Inévitablement cela se produit étape par étapes, commençant par le temps de gloire au temps de Joseph. Après ce temps de gloire avec Joseph, il fallait décrocher ! Or, on s’est entêté à rester dans cette ambivalence qui a rendu les Égyptiens oppresseurs.

 

L’histoire exemplaire de ce qui arrive au minorités juives dans les sociétés goyim : l’histoire du juif polonais fuyant la persécution des ghettos polonais qui s’installe en Allemagne après la 1ère guerre mondiale au temps de la république de Weimar. Il devient rapidement citoyen de la république allemande et professeur à l’université de Berlin. Un ami à lui professeur allemand s’inquiète de la tournure politique et lui conseille de partir pour l’Amérique. L’autre s’entête à rester, se croyant citoyen allemand protégé par les lois allemandes !

- Mais je suis citoyen allemand protégé par les lois allemandes !

- Si toi tu es citoyen allemand protégé par les lois allemandes qui suis-je moi ?

- Toi, tu es Goï !

Résultat : la fureur de l’Allemagne avec son führer…

On les a rendu furieux. Imaginez ce qui se passe : Les Hébreux s’installent en Egypte.  Il y a une fonction Joseph racontée par la Torah : Il faut sanctifier l’Egypte, sauver la civilisation, se mettre au service des valeurs du temps… Mais, conséquence logique, on s’installe. On s’installe comme Hébreux en Egypte. A la fin, c’est la réaction racontée dans les 1ers versets du livre de Shémot… Toutes les accusations contre eux. Il y a un phénomène de saturation, qui une fois dépassé, déclenche le processus.

 

Je continue de citer Maïmonide : C’est cela que Dieu annonce à Abraham et non pas qu’Il a décidé par caprice de Tout-Puissant de faire que les Egyptiens allaient persécuter les Hébreux. Il avertit les Hébreux de ce qui risque d’arriver si cette histoire se développe. Dieu donne une cours de sociologie à Abraham.

 

Maïmonide ajoute :

Les Egyptiens ne vont pas être punis d’avoir été xénophobes mais punis d’avoir exagéré. Ils vont être punis d’avoir mené leur sentiment naturel de xénophobie, déclenché par dépassement du seuil de saturation, à son paroxysme et d’avoir oppressé trop fortement.

 

C’est l’explication de Maïmonide qui est très cohérente et qui permet d’évacuer l’objection théologique. C’est toujours ce qui se passe lorsqu’une minorité s’entête dans l’installation, qui réussit dans le ghetto et refuse l’assimilation au dernier moment dit qu’il est hébreu : une fureur survient.        

 

La femme de Poutifar désire des enfants de Joseph : il refuse car il est hébreu ! Et lui laisse entre les mains son déguisement. Elle convoque alors son mari pour le punir...

 

Une objection à cet enseignement de Maïmonide qui ne manque pas de cohérence et de puissance, c’est qu’on ne rend pas compte si Maïmonide prend les Egyptiens pour des anges ou pas ?

Les Egyptiens sont des Egyptiens, et à partir du moment où cela leur arrive ils sont ces oppresseurs.

Il faudrait qu’ils soient des anges pour que cela se passe autrement. Or ce n’est pas le cas, il faut donc s’en méfier.

 

Par conséquent, l’explication de Maïmonide serait vraie si les Egyptiens étaient au niveau de Maïmonide. Mais les Égyptiens n’y sont pas ! Il faudrait donc ajouter une clause à l’enseignement de Maïmonide : voilà comment cela serait si les Égyptiens étaient comme les Hébreux…

Vous voyez c’est le piège de nos négociations à chaque fois : on raisonne comme si c’était des Hébreux.

 

Je crois que c’est en général ce qu’il faut dire de l’enseignement de Maïmonide. C’est un enseignement très aristocratique. Il parle pour les vrais hommes, au niveau de Maïmonide. Il ne dira jamais comme les autres rabbins que c’est la faute des Juifs. On n’a pas le dorit de calmonier les Juifs. C’est un avertissement à faire attention : voilà ce qui se passe.

L’exemple qui m’a toujours frappé dans son enseignement. Pour bien comprendre Maïmonide il faut se mettre à sa hauteur. C’est lorsqu’il enseigne de manière tellement radicale tranquille et sereine que l’homme est libre. Un point. Voilà le bien, voilà le mal. Je t’ai fais libre, tu choisirais le bien, c’est toi qui es responsable si tu choisis le mal...

Mais Maïmonide est médecin : il sait très bien que l’homme n’est que quasiment libre et chacun dans les conditionnements où il est. Et il les connait puisqu’il les décrit tant dans les Mishnei Torah que dans les Shmoneh Prakim... Il est le 1er grand psychologue de la tradition juive qui a systématisé l’enseignement de psychologie nécessaire pour aborder le problème moral. Il connait donc très bien les limites du conditionnement de la liberté de chacun. Et pourtant, il nous dit tranquillement : l’homme est libre. Il parle des hommes entièrement libérés, alors ils sont libres. C’est un exemple extrêmement éclairant. Il y a beaucoup de petits philosophes qui objectent à Maïmonide cette question du conditionnement qui pèse sur la liberté. Mais Maïmonide est un médecin qui sait très bien de quoi il parle. Il y a là un avertissement.

 

***

Q : Maïmonide explique la cohérence sociologique avec ce phénomène de rejet et tout ce qui est demandé aux Égyptiens c’est de ne pas exagérer, est-ce ce qu’on a vécu ?

R : Nous avons tellement été habitués d’apprendre ce fait que les Égyptiens sont des barbares et les Hébreux de petits saints. Mais cela ne marche pas.  

A l’époque en France, dans le 9ème arrondissement, il y avait un seul restaurant cachère. Il fallait passait par une porte cochére ! Il y a eu une clandestinité de la vie juive des Juifs ashkénazes, habitués à se comporter comme on le fait quand on n’est pas chez soi. Lorsque les Juifs nord-africains sont arrivés en France, ils sont venus avec leur habitude de minorité vivant comme chez eux en Afrique du nord, et avec leur certitude juive ancestrale d’être chez eux. D’autant plus qu’ils parlaient français, avec un accent authentique. Maintenant dans le 9ème arrondissement la vie juive foisonne, avec de nombreux restaurants kasher, boucherie... label du Beit Din... Alors que ce sont les Goyim qui sont chez eux ! Imaginez à ’Haïfah dans un quartier arabe chrétien un restaurateur arabe chrétien de ‘Haïfa en hébreu écrirait « charcuterie pur porc garantie par l’évêque du coin »...Ce serait l’émeute garantie chez les Juifs ! Il y a une telle imprudence qui induit ce que ce verset décrit : Yadoa téda : méfies-toi !

 

Je finis avec cette explication de Ma¨monide pour passer à un autre sujet.

L’explication de Maïmonide est très cohérente, mais il ne faut pas se laisser prendre au piège, en réalité c’est un avertissement.

Dans toute la suite du récit de la fin du livre de Béreshit, les Hébreux s’installent tranquillement en Egypte, sans se rendre compte qu’ils construisent eux-mêmes le piège qui va se refermer sur eux. Et cela s’est passé comme cela partout avec les Juifs.

 

Depuis que je suis israélien, je n’ai, pas seulement le courage, mais la possibilité de me mettre à la place des français. Tant que je me prenais pour un français puisque j’étais juif algérien, je ne pouvais pas ! Mais depuis que je suis israélien j’apprécie d’autant mieux ce que veut dire d’être français en soi. D’arriver ne serait-ce que par l’imagination à me mettre à leur place et moi je suis pris d’admiration pour leur patience...

 

***

 

Voilà l’explication de Maïmonide. Reste à comprendre pourquoi les Égyptiens ont reçu les plaies ?

 

Q : Est-ce que le 1er stade selon Maïmonide, c’est-à-dire qu’ils vont partir en Galout, cela fait aussi partie d’un processus sociologique ?

R : Oui très bien. Cette question a été posée aussi par les commentateurs.

Sans arriver encore aux causes de la Galout, est-ce que la finalité de la Galout et la fatalité des processus décrits plus haut - en ne citant que Rambam parmi d’autres explications possibles – n’est-ce pas paradoxal que la 1ère annonce de Dieu, qui confirme à la descendance d’Abraham sa terre, soit celle de l’exil ?

 

Abraham pour les raisons vues précédemment demande à Dieu un signe pour le rassurer que malgré sa perplexité sa descendance héritera de cette terre. Quel signe lui donne Dieu ? On ne se rend pas compte de ce qu’onlit ! Dieu lui répond : « Tu veux une preuve ? Ta descendance sera en exil ! » Quel est le rapport ? C’est contradictoire et incohérent !

 

Je vous donnerais 2 réponses :

 

=> La première est tirée du livre du frère du Maharal de Prague, peu connu parce qu’éclipsé par son frère plus connu. C’est le Rav ‘Hayim Ben Betsalel dans son livre Sefer Ha’Hayim dans lequel il donne 14 ou 15 explications de l’exil. L’un d’elles résumé lapidairement : Abraham demande quelle est le signe qui l’assurera que cette terre est la sienne. Dieu lui répond : tu n’es pas sûre que cette terre est la tienne ? Tu iras donc ailleurs. Et quand tu seras sûr qu’ailleurs ce n’est pas chez toi, tu reviendras chez toi ! Or, c’est ce qui nous est arrivé : qui est revenu en Israël ? Quelques soient les cheminements personnels d’équations personnelles de chacun, c’est ceux qui ont pris acte qu’ils n’étaient pas chez eux ailleurs. C’est ce qui définit ce sionisme négatif : nous sommes chez nous ici ! Mais c’est autre chose qu’il s’est passé : c’est qu’ils n’étaient pas chez eux ailleurs ! Sauf les vrais pionniers qui sont venus ici pour être chez eux. Il y a tellement de Juifs qui sont venus ici parce qu’ils n’étaient pas chez eux ailleurs, que cela ne va pas très bien ici pour eux. Ils étaient motivés par cette expérience que décrit le Rav ‘Hayim, mais il n’y avait pas vraiment la motivation   de venir ici chez eux. Finalement, ils se conduisent comme si ici ce n’était pas chez eux mais chez les cousins. Un livre de Ilan Greilsammer professeur politologue paru l’année dernière (Repenser Israël - 1993) de l’université de Bar Ilan qui a demandé une chapitre à une dixaine de professeur dont moi pour parler du problème des droits réciprosques des Juifs et des Arebs sur Erets Israël. Cela a paru au moment des accords de septembre d’aillers. Cela a fait un succès de libraire mais ce n’était pas prévu. Dans sa préface il dit quelque chose qui m’a beaucoup frappé : pour la majorité des israéliens le lien à la terre est un lien de tourisme ou d’archéologie.

En fait ce n’est pas du tout vrai pour les sionistes qui sont arrivés ici. Les sionistes arrivant ici croyants ou pas, pratiquants ou pas, sont venus ici reconstruire leur patrie. Et en plus ils faisaient du tourisme et de l’archéologie ! Mais la premiére généraiton des descendants elle a fait du tourisme et de l’archéologie et a mis en question la légitimité de notre patrie. Dans quel milieu ? Dans les milieux qui ne sont pas revenus dans leur patrie mais qui sont partis des « non-patries » où ils n’ont pas été acceptés ! Cela va dans ce sens-là.

Et l’explicaiton du frère du Maharal rend la question cohérente : Le seul moyen de savoir si tu es chez toi là où tu vis, si tu as un doute, c’est d’aller chez les autres. Lorsque le doute sera évacué tu reviendras chez toi.

 

Le Maharal répond lui à cette quesiton de la manière suivante:

En Abraham ce doute n’est pas un doute mais c’est une perplexité qui est vertu. Vertu exagérée mais lui il en a le droit. Mais si sa descendance a ce doute, c’est une faute. Et ce doute dans sa descendance qui est une faute sera puni par l’exil. Mais finalement l’exil punit quoi ? L’exil punit l’exil ! C’est une légende de dire que l’exil punit nos fautes ! Cela contredit toute la théologie de la Torah : une certaine génération aurait fauté et les enfants sont punis pendant 2000 ans ??? C’est le thème du péché originel à la mode janséniste. Ce n’est pas du tout juif!

   

En fait l’exil punit l’exil. L’exil punit l’entêtement à rester dans l’exil. C’est le prophéte Isaïe qui l’enseigne. Vous ne voulez pas revenir ? Il arrivera un temps où vous ne pourrez pas revenir. Cela vous punira de ne pas être revenu quand vous pouviez revenir...

 

 

***

 

Les 1er versets de Parashat Bo donnent la réponse à notre question.

Lorsque Moïse ne voyant pas la délivrance arriver et voyant au contraire une accélération de l’asservissement demande à Dieu dans les versets précédents de la Parashah précédente Vaéra : Pourquoi cela arrive-t’il comme cela ? (C’est un autre sujet)

Alors Dieu lui répond :

 

Bo 10 :1

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-מֹשֶׁה, בֹּא אֶל-פַּרְעֹה:  כִּי-אֲנִי הִכְבַּדְתִּי אֶת-לִבּוֹ, וְאֶת-לֵב עֲבָדָיו, לְמַעַן שִׁתִי אֹתֹתַי אֵלֶּה, בְּקִרְבּוֹ

Vayomer Hashem el-Moshe bo el-Par'oh

ki-ani hi’hbadeti et-libo ve'et-lev avadav lema'an shiti ototay eleh bekirbo.

 

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-מֹשֶׁה, בֹּא אֶל-פַּרְעֹה

Vayomer Hashem el-Moshe bo el-Par'oh

Viens chez Pharaon

 

Le sens est « Va chez le Pharaon » mais en hébreu on a « Viens chez le Pharaon ».

La voix qui parle à Moïse est chez le Pharaon et lui dit « Viens chez Pharaon ! ».

Le Midrash du Zohar explique : « pour Me délivrer ».

 

La Shekhinah est en exil lorsqu’Israël est en exil. Alors elle lui parle du dedans de l’exil d’où elle doit être délivrée pour demander à Moïse « Viens Me délivrer ! »

Bo el-Paroh et non pas Lekh el Paro !

 

כִּי-אֲנִי הִכְבַּדְתִּי אֶת-לִבּוֹ, וְאֶת-לֵב עֲבָדָיו

ki-ani hi’hbadeti et-libo ve'et-lev avadav

Car c’est Moi qui est appesanti son cœur et le cœur de ses serviteurs

לְמַעַן שִׁתִי אֹתֹתַי אֵלֶּה, בְּקִרְבּוֹ

lema'an shiti ototay eleh bekirbo.

Afin de placer Mes signes en son sein.

 

Deux raisons : premièrement pour que les Égyptiens me reconnaissent et deuxièmement :

 

וּלְמַעַן תְּסַפֵּר בְּאָזְנֵי בִנְךָ וּבֶן-בִּנְךָ, אֵת אֲשֶׁר הִתְעַלַּלְתִּי בְּמִצְרַיִם, וְאֶת-אֹתֹתַי, אֲשֶׁר-שַׂמְתִּי בָם; וִידַעְתֶּם, כִּי-אֲנִי יְהוָה

Oulema'an tesaper be'ozney vinkha ouven-binkha

et asher hit'alalti beMitsrayim ve'et-ototay asher-samti vam vidatem ki-ani Adonay.

 

 

וּלְמַעַן תְּסַפֵּר בְּאָזְנֵי בִנְךָ וּבֶן-בִּנְךָ, אֵת אֲשֶׁר הִתְעַלַּלְתִּי בְּמִצְרַיִם, וְאֶת-אֹתֹתַי, אֲשֶׁר-שַׂמְתִּי בָם; וִידַעְתֶּם, כִּי-אֲנִי יְהוָה

Oulema'an tesaper

Pour raconter

be'ozney vinkha ouven-binkha

Aux oreilles de ton fils et de ton petit-fils

et asher hit'alalti beMitsrayim

Comment Je me suis joué de l’Egypte

ve'et-ototay asher-samti.

Et Mes signes que J’ai faits parmi eux

 

L’essentiel de ce qu’il nous dit ici est tout à fait autre chose.

 

Schématiquement, et sans passer par tous le détail de l’argumentation et de l’analyse mais pour arriver à l’essentiel : Vous étiez en Egypte en vue de quoi ? Pour quelle finalité ?

Il y avait une finalité et vous n’y êtes pas parvenu dans votre mission. Alors prend patience Moïse, Je vais faire Moi ce que vous n’avez pas réussi à faire, et lorsque J’aurai réussi alors seulement vous sortirez.

 

Et en plus, avec cela, il y a eu ces deux autres dimensions :

=> d’une part laisser les Égyptiens du Pharaon laisser partir de leur propre volonté les Hébreux malgré le contrat de travail de 400 ans, et c’est 190 ans avant la fin pour éviter que le peuple Israël ne disparaisse que Dieu décide que Moïse ferait la sortie d’Egypte sur Son ordre,

 

=> et d’autre part de punir le mal que les égyptiens avaient faits.

 

Ce sont là deux dimensions importantes mais secondes par rapport à la dimension centrale qui nous est dite en clair dans le récit. Quoiqu’il en soit c’est ce que raconte les Hébreux et les Juifs en exil : en mission pour dévoiler le nom de Dieu dans les nations. C’est un échec donc Dieu le fait lui-même. Il ne faut pas que cette histoire n’ait servi à rien. Prenez donc patience jusqu’à que cela se dévoile : et que les Égyptiens le reconnaissent et que vous puissiez expliquer à vos descendants qui ne le croiront pas que le Créateur intervient dans l’histoire. Car c’est cela la faute d’Israël. Le processus est donc celui des 10 plaies.

 

La mentalité spirituelle, philosophique et religieuse de l’Egypte de ce temps, c’était ce que les historiens des religions appellent « l’astrobiologie ». C’est-à-dire une correspondance entre les forces cosmiques et la vie terrestre. La vie terrestre déterminée de manière fatale par le mouvement des astres. C’était les grandes religions païennes de l’antiquité que les modernes sont incapables de comprendre. L’astrologie moderne tente un peu de rationaliser cette astrologie de l’antiquité. Pour les spécialistes de l’antiquité, le principe est le suivant : tout est déterminé dans le monde, tous les phénomènes sont déterminés, le phénomène de la vie aussi est déterminé par ce que de manière folklorique on appelle l’horoscope, c’est-à-dire la situation des astres tels qu’ils influent sur la vie biologique. C’est la sensibilité religieuse des grands paganismes de l’antiquité.

 

Et par conséquent, le rôle de l’Israël hébreu est d’introduire une révélation, qu’au-delà des déterminations cosmiques il y a la volonté transcendante et libre du Créateur. C’est ce qu’Israël doit révéler au monde : le Nom de Dieu.

 

Joseph et les Hébreux ont échoué dans cette révélation : au lieu d’être les prêtres du pays d’Egypte, ils sont devenus les commerçants du pays de Goshen. Vous voyez à quel point c’est dramatique.

 

Alors Dieu se révèle à Moïse pour lui demander de prendre patience. Il faut que l’Egypte, par cette intervention divine, finisse par découvrir ce que les Hébreux devaient leur révéler ; et que les Hébreux se servent de ces événements de la sortie d’Egypte comme mémoire historique pour enseigner à leurs enfants quel est le Dieu d’Israël. C'est-à-dire la volonté libre du Créateur qui intervient au-delà et du dedans même des conditionnements naturels que ce même Créateur a imposé dans le fonctionnement de son monde. C’est la théologie du monothéisme hébreu purement et simplement.

 

Vous suivrez par là la progression de la découverte de cette révélation par Pharaon et les Égyptiens.

De plus en plus, il se dévoile à eux qu’une volonté libre agit à travers les déterminismes des lois naturels. C’est pourquoi il a fallu ces dix degrés qui correspondent aux dix Paroles de la Création et aux dix valeurs des Dix commandements. Ces dix valeurs des Dix commandements violés par les Egyptiens d’où les dix punitions, et les Dix Paroles de la révélation: dévoilement du Nom de Dieu.

 

J’ai beaucoup schématisé, j’espère que c’est clair. C’est cela l’essentiel. Les Hébreux ont échoué à faire comprendre à cette civilisation qu’il y a une Providence, alors Dieu va le faire lui-même, et il faut prendre patience jusqu’au bout...

 

On le voit en suivant chacune des plaies. Lorsqu’on arrive au stade où les Égyptiens sont obligés de reconnaître qu’une intelligence libre agit parce que la plaie sélective touche les Égyptiens et pas les hébreux. Ils commencent alors par être pris de panique. C’est alors que la deuxième partie des dix plaies commence. Chaque fois, il y a une gradation  jusqu’à ce qu’on arrive au moment de la 10ème plaie, où l’intervention de la plaie se fait dans le choix ponctuel des premiers-nés et pas de n’importe quel égyptien, alors la civilisation égyptienne est obligée de se rendre à l’évidence qu’une volonté libre gère le monde.

 

Imaginez le temps et le processus qu’il fallait pour qu’une telle révélation apparaisse dans une telle mentalité.

 

C’est cela la réponse. L’essentiel nous est donné dans les premiers versets de notre Parashah. La finalité des plaies c’est que Dieu se révèle pour que les Égyptiens découvrent ce que les Hébreux auraient du leur enseigner et qu’ils n’ont pas été capables de faire. Se pose alors la question : les Égyptiens étaient-ils éducables ?   

 

Midrash :

Selon un Midrash, un seul a fini par comprendre c’est Pharaon lui-même.

Shemot 15:11 :

מִי-כָמֹכָה בָּאֵלִם יְהוָה  מִי  כָּמֹכָה נֶאְדָּר בַּקֹּדֶשׁ

Mi Khamokha Baelim Hashem « Mi kamokha baElim Hashem Mikhamokha elav baqodesh »

Au moment où l’armée égyptienne est engloutie dans la mer, le Pharaon a compris : il y a une providence. Et  alors il dit avant de mourir « MaKaBY : Mi kamokha baElim Hashem» 

 

Midrash :

Le Midrash se base sur une indication du texte.

Beshala’h 14.28:

לֹא-נִשְׁאַר בָּהֶם, עַד-אֶחָד

lo nish'ar bahem ad-echad – il n’est pas resté d’eux un seul.

Le Pshat le plus simple : il n’est resté personne sauf le E’had de Mitsraïm qui est Pharaon.

Le verset dit : « Ils ont disparu jusqu’au un »

Sauf un qui était le un de l’Egypte, Pharaon, qui a été sauvé pour avoir reconnu Dieu in extremis...

 

Et d’autre part : pour que ce soit une référence à la mémoire de la descendance d’Israël et c’est bien le cas : quel est la foi d’Israël à travers les siècles et les millénaires ? C’est ce récit qu’on se raconte de génération en génération et d’année en année, de ce qui s’est passé dans cette intervention de Dieu dans l’histoire, au temps de cette civilisation égyptienne. Et finalement il n’y pas que  les Juifs qui puisent leur certitude de foi dans cette mémoire. Le cas le plus évident est celui du monde chrétien dans sa référence de foi propre à ce qu’ils nomment « les Pâques ». Malgré la transmutation des concepts de l’univers juif au chrétien c’est bien de l’évènement de la Pâques qu’ils prennent comme événement référentiel de la certitude du salut : c’est donc la sortie d’Egypte qui dévoile le Dieu de la Bible à l’univers entier. Les Chrétiens ont mis 2000 ans à s’apercevoir que c’est Jérusalem qui est bien Jérusalem et non pas Rome. Pendant 2000 ans on n’a pas réussi à faire comprendre aux Romains que Jérusalem est Jérusalam. Il a fallu 2000 ans pour que Rome vienne à Jérusalem.

 

Résumé :

 

Je résume pour que ce soit bien clair.

Effectivement, c’est vrai qu’il fallait délivrer Israël et punir les Égyptiens. Mais il fallait que les Égyptiens de par leur consentement mettent fin à l’exil d’Israël en Egypte, parce que corollairement ils auraient reconnu la finalité de ce voyage des Hébreux en Egypte. Et comme les choses s’accélèrent parce que le peuple hébreu est tellement persécuté et assimilé qu’il risque de disparaître, alors c’est Dieu qui intervient pour faire en 10 plaies, ce que nous aurions du faire en 400 ans ou même en une génération si nous en étions capable.

 

Nous avons mis 2000 ans pour enseigner à l’humanité : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même, Ani Hashem » et pendant 2000 ans personne n’a compris. Tout le monde est sûr que c’est cela la vérité, et personne ne sait comment cela fonctionne, comment l’appliquer, comme on dit en hébreu « comment ce cela se mange ». C’est cela l’essentiel et comment le faire ? Personne ne le sait ! Est-ce que nous le savons nous-mêmes et est-ce que nous savons l’enseigner ? C’est cela le drame ! Si j’avais le temps je vous donnerais plusieurs autres dimensions du même enseignement mais je crois que c’est l’essentiel.

 

Ces deux premières thèses sont vraies :

=> délivrer Israël. 

=> que l’Egypte décide qu’Israël soit délivré.

Et corollairement il faut que l’Egypte soit punie de sa méchanceté.

 

A chaque fin d’exil, on assiste au même phénomène. Dieu attend que les Goyim donnent le feu vert. Sinon on n’a pas le droit de sortir.  Il faut que le Pharaon qui est la puissance politique du temps donne son aval pour que cela puisse se faire. Il ne le dira pas contraint et forcé, trois jours après il se ravise mais c’est trop tard. C’est son consentement qu’on attend, parce qu’il y a un contrat de travail entre Israël et l’humanité. Et l’humanité le ressent confusément. Et les Juifs aussi d’ailleurs. Exemple de la Russie : les Russes refusaient de laisser partir leur Juifs. Et les Juifs refusaient de quitter la Russie… jusqu’à ce que soient contraints et forcés, les uns et les autres... 

 

A la fin du 2ème exil c’est la même chose, il a fallu le feu vert de la puissance politique de ce temps qui était Cyrus. La reconstruction du temple à Jérusalem n’était pas possible avant cela. Les Juifs ont refusé et sont restés à Babel pour y fonder le judaïsme babylonien, dont le dernier des grands représentants est le Rav Ovadia Yossef. Vous remarquez qu’il s’appelle Yossef ! Ce n’est pas de ma faute. Si c’était moi, je l’aurais appelé Yéhoudah pour éviter que cela se passe comme ça !

 

De notre temps c’est la même chose : il a fallu au bout de 2000 ans que la civilisation contemporaine change de principe politique – pendant 2000 ans c’était le principe des nationalités – pendant ce temps-là, les Juifs était un peuple qui n’avait pas sa nationalité - et quelque soit les choses analogues qu’il y a eu pour les autres minorités, il y a toujours une différence de nature – au moment où l’humanité dite civilisée commence à envisager de renoncer à la souveraineté partielle des patries pour instituer une souveraineté universelle, cela commence par la Société des Nations la SDN, c’est à ce moment-là que le peuple juif réclame sa nationalité, et il fallait une instance universelle pour la lui donner. Avant la création de la SDN la déclaration Balfour était impensable. Avant l’O.N.U. l’état d’Israël était impensable. Pour les historiens de l’avenir il ne restera que 2 choses à mettre à l’actif de la SDN et de l’ONU : pour la SDN enregistrer la déclaration Balfour et pour l’ONU enregistrer la proclamation de l’Etat d’Israël. Qu’ont–ils fait d’autre ?  Tout le monde oubliera…

 

C’est la même chose : Pharaon – Cyrus – Balfour. C’est le même processus. Mais l’essentiel c’est cela. Savoir si nous avons quand même réussi à faire notre travail d’exil ? On n’a pas réussi alors Dieu le fait à travers les catastrophes…

 

***

 

Q : Dans ce parallèle entre la sortie d’exil actuelle d’Europe et la sortie d’Egypte, où sont les dix plaies actuelles de cette fin d’exil ?

R : C’est à propos de cela que le Psaume dit : « Ils ont des yeux et ne voient pas ». Vous ëtes vraiment désarmant. Je n’ai pas le temps maintenant, mais il faudrait vous décrire ce qui se passe actuellement sur la planète, et en particulier dans la civilisation européenne qui est en question et qui en est le foyer. Nous vivons évidement une période de mutations à travers des catastrophes. Les rabbins ont toujours interdit d’établir ces correspondances détaillées. Les prophètes parlant des événements de fins des temps n’en parlent toujours que de façon globale. C’est interdit de rechercher des correspondances de details à détails.

Il y a en particulier toute une lettre de Maïmonide qui s’appelle « Yered Temam » lorsque  les Juifs du Yemen à l’occasion d’un faux messie, où il leur précise que les prophètes n’ont parlé que de manière globale. Chercher des signes dans le détail c’est révélateur de la plus grande superstition.

Cela ne veut pas dire que ces correspondances n’existent pas, mais il n’y a que ceux qui sont capables de les étudier qui les étudient, c’est le Nistar. D’une manière générale, c’est d’une massivité telle, c’est énorme. Tout ce que le Talmud a enseigné doit se comprendre par le biais de cette massivité. Je vous cite le Rav Kouk : 2000 ans c’est énorme. Il n’y a pas de chose plus massive que cela. Et au bout de 2000 ans, c’est l’événement qui est en lui-même son propre signe ! Chercher un signe autre que l’événement, après 2000 ans d’attente et d’espérance, c’est pire que manquer de foi, c’est le contraire de la foi ! Après 2000 ans cela arrive et on demande encore des signes ? Alors c’est qu’on mérite des signalements !

 

Nous sommes d’une génération qui a été contemporaine de catastrophes pires que les dix plaies.

Et cela continue. Il n’y a qu’à voir sur le reste de la planète.  C’est parce que nous vivons dans des oasis à l’abri de ces catastrophes-là. SaraJévo Sida, guerres… etc.

E. Amado Valensi : un de ses étudiant de Bar Ilan fait partie de ses gens qui cherchent les signes messianiques avec une loupe, comme les pâquerettes à 5 feuilles…  Il faut se méfier de cela. La massivité de l’événement est en lui même son propre signe. Je répète cette phrase qui vient du Rav Kook.

 

< fin >

 

*****

Partager cet article

Repost 0
Published by Rav Léon Askénazi - dans PARASHAT HASHAVOUA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : MANITOU
  • MANITOU
  • : Bienvenue sur le blog MANITOU! Cet espace est consacré au Rav Léon Askénazi - Manitou - זצ"ל.Vous y trouverez des textes rédigés à partir de cours audio enregistrés (disponibles sur www.toumanitou.org) En modeste hommage à ce Rav génial et extraordinaire...
  • Contact

Recherche